Activités sportives féminines à Guelma : Quand l’aérobic s’impose en sport complet

  • 3 mois il y a
  • 28 Vues
  • 0 0
Activités sportives féminines à Guelma : Quand l’aérobic s’impose en sport complet

Il y a 25 ans, naissait à Guelma un espace sportif jusque-là inexistant, dédié aux femmes. L’aérobic, puisque c’est de ce sport qu’il s’agit, fut proposé par Souad Souala.

Diplômée du premier degré en fitness, agréée par la Fédération internationale des sports aérobic et fitness «Fisaf», à la gent féminine, sans pour autant en faire une exclusivité. El Watan l’a rencontrée à son bureau, au siège du centre sportif, annexe de l’OPOW Souidani Boudjemaâ, dans l’enceinte de l’ex-caserne située au centre-ville.

«En effet, il y a 25 ans, je me suis lancée dans cette aventure. Nous avons, au tout début, démarré avec une vingtaine de femmes, ici au Dojo. Cette idée, de créer un club d’aérobic m’est venue lors d’un séjour au Maroc», nous révèle avec passion cette femme résolument sportive dans l’âme.

Et d’expliquer : «Au début, contre toute attente, ce ne sont pas des citadines qui ont investi la salle, mais des femmes issues des villages voisins. A cette époque, durant la décennie noire, la mouvance de l’islamisme et de l’intégrisme en particulier, nous poussait à travailler à portes fermées, de crainte d’être l’objet d’un attentat. Nous étions une vingtaine.

Le corps médical et les médecins ont été et sont d’une aide non négligeable pour le recrutement des femmes, notamment celles qui avaient besoin d’une activité sportive au vu de leurs maladies (diabète en particulier).»

Et de conclure : «Vous savez, ce sport est une douche intérieure, plus qu’un bien-être, c’est une nécessité, voire une obligation, pour faire barrage à toutes les maladies des temps modernes. 50% des femmes qui adhérent à cette activité sont orientées par le corps médical. Elles ont entre 16 et 60 ans et elles sont issues de divers milieux sociaux, dont des avocates, des médecins, des femmes au foyer et des employés».

Notons également, que ce sport complet, aérobic et fitness, sont des disciplines à part entière extrêmement appréciées pour leurs effets «brûleurs de calories».

Dans ce contexte bien précis, notre interlocutrice est catégorique : «En 1 heure d’aérobic vous brûlez 800 kilocalories, le tout accompagné par de la musique, une musique rythmée avec les mouvements proposés lors des entraînements.» Ainsi, grande fut notre surprise d’apprendre que ce sport, bien que reconnu mondialement, ne l’est pas dans notre pays. «Il n’existe pas de fédération et encore moins une ligue», nous dit-on.

Côté espace d’exercice et de travail, le grand Dojo utilisé également par le club de karaté Echabab El Ryadi El Guelmi (CRG), auquel appartient le club de fitness et d’aérobic, frôle la décrépitude.

En hiver, c’est une véritable passoire aux eaux pluviales, et en été il règne une chaleur infernale. «Que voulez-vous que je vous dise, depuis l’annexion de ce centre sportif à l’OPOW, j’ai adressé plusieurs correspondances à la tutelle pour prendre en charge l’état général de la structure.

Il s’agit en fait de l’étanchéité et du chauffage quasi absent», nous révèle le directeur de cette structure, rencontré sur les lieux. Et de conclure : «Une chose est certaine, nous avons ici 4 à 5 clubs en activité.

Nous percevons approximativement 500 000 dinars par an de la part des clubs. Mais nous n’avons pas l’autorisation, ni même le pouvoir, d’utiliser cet argent pour procéder aux réparations.»

El-Watan.com