Deuxième République en Algérie : Pas d’Etat de droit sans égalité homme-femme

  • 5 jours il y a
  • 57 Vues
  • 0 0
Deuxième République en Algérie : Pas d’Etat de droit sans égalité homme-femme

Est-ce qu’on peut s’abstenir d’un débat sur la question des droits des femmes quand on se bat contre un système qui a fait des femmes des sous-citoyennes ? s’interrogent les féministes. Si la réponse à cette question paraît évidente et donc couler de source, c’est le moment de la poser qui semble faire divergence.

Faut-il attendre que la nouvelle République soit consacrée pour enfin poser la question des discriminations à l’égard des femmes, légalisées par le code de la famille promulgué en 1984, comme semble le souhaiter certains, donnant la priorité à la chute du système Bouteflika ?

Ou alors considérer que l’égalité des droits homme-femme est indissociable de la lutte en cours pour un Etat démocratique ? Comme le préconisent notamment celles qui sont instruites par l’expérience des moudjahidate renvoyées à leurs foyers et à la chose domestique une fois l’indépendance nationale conquise, ou fortes de leurs propres luttes pour l’abrogation du code de la famille depuis 35 ans, ou lorsque que durant la décennie noire il leur a été rétorqué que l’urgence était la lutte contre le terrorisme islamiste.

L’initiative de féministes de dresser des carrés spécifiques à leurs revendications, non loin de la fac centrale à Alger, pendant les marches du vendredi, ou à Paris, place de la République, le dimanche, a été diversement appréciée. Jusqu’à susciter des réactions agressives, certes minoritaires, mais réelles ou d’incompréhension, à Alger.

C’est dire tout le travail pédagogique, toute la sensibilisation à faire pour expliquer la légitimité, l’opportunité, l’actualité et la cohérence des revendications d’égalité avec l’ensemble des revendications populaires pour un nouveau système politique, démocratique. C’est pourquoi des réunions, des rencontres commencent à s’organiser en Algérie et parmi la communauté algérienne vivant à l’étranger. De nouveaux collectifs de femmes ont vu le jour à la faveur de la révolution populaire du 22 février, des commissions femmes dans les syndicats se saisissent de la question des discriminations dans le monde du travail .

A titre d’exemple, l’association Apel-Egalité et le collectif national Droits des femmes ont organisé, vendredi dernier, à la Bourse du travail de Paris, une rencontre en solidarité avec les Algériennes en lutte pour la démocratie, rappelant au préalable que les Algériens et Algériennes «veulent la fin du régime actuel non représentatif et corrompu» ; «un Etat de droit et un fonctionnement démocratique de la société politique». Et que «les femmes sont présentes et actives dans ces manifestations» parce que «la lutte pour la dignité et un Etat de droit les concerne particulièrement».

Parce qu’«elles connaissent la citoyenneté de seconde zone par le code de la famille qui dénie leurs droits élémentaires : tuteur matrimonial même pour les femmes majeures, polygamie, droit conditionné au divorce, droits parentaux limités, inégalité dans l’héritage…»

C’est pourquoi «les Algériennes rejettent ce code de la famille discriminatoire, produit par un régime qui veut renforcer les oppressions, politique et patriarcale». Et «pour elles, l’enjeu politique du changement de régime se renforce de la demande d’égalité». Et d’affirmer, à l’unisson de leurs sœurs en Algérie, qu’«il ne saurait y avoir de réelle démocratie sans égalité entre les femmes et les hommes».

Les femmes ont investi la rue, l’espace public, au sens politique du terme

Les échanges au cours de cette soirée réunissant plusieurs générations de femmes et quelques hommes, militants des droits humains, ont fait ressortir un certain nombre d’idées-force. A commencer par le rappel qu’un féminisme algérien existe bel et bien, tirant ses racines et sa richesse de l’histoire des luttes politiques des femmes pour leurs droits en Algérie.

Et que les Algériennes lient leur combat pour leurs droits à la lutte pour un Etat de droit. Et ce second rappel : elles ont investi la Grande-Poste dès 1981, en réaction au code de la famille en discussion à l’Assemblée nationale. Autre rappel et idée-forc : le mouvement des femmes s’est renforcé de nouveaux collectifs sur les droits des femmes, rappelant l’éclosion du mouvement féministe au lendemain d’Octobre 1988.

Une idée-force qui s’est dégagée du débat : la question de l’égalité des droits posée sur la place publique au moment de l’adoption du code de la famille, il y a 35 ans, est aujourd’hui réactivée. Le code de la famille contredit la loi principale, la Constitution. C’est un déni de citoyenneté. Et une militante de longue date de relever une «articulation des oppressions».

«Les hommes sont dominés politiquement, tandis que le code de la famille leur permet de dominer les femmes.» Autrement dit, la citoyenneté pleine et entière est un objectif à partager. Et «on entend ‘‘ce n’est pas le moment’’. C’est un classique de toutes les révolutions», à travers le monde.

Autre idée-force : il faudra que les femmes se mobilisent pour une loi électorale et une Assemblée constituante paritaire. «On est partie prenante ici et en Algérie de la construction des nouvelles institutions.» «Un travail sur les mentalités est indispensable, y compris parmi les femmes, parce que les mentalités ne vont pas changer du jour au lendemain», ont souligné plusieurs intervenantes. Insistant sur le fait que ce mouvement révolutionnaire ne peut s’exonérer d’une éducation populaire pour expliquer ce qu’est le système patriarcal. Et également que les femmes en Algérie ou dans la diaspora ont besoin de s’organiser pour peser sur le débat national.

Les démocrates, partis politiques, militants des droits humains doivent être interpellés sur la question de l’égalité des droits homme-femme, exprimer leur position sur cette question fondamentale, a suggéré un militant pour la démocratie en Algérie. «L’une des missions de ceux qui ont à cœur un Etat démocratique, c’est de créer des passerelles, il faut les interpeller, se battre contre le relativisme culturel», a avancé ce militant.

Et de rapporter que ce qui l’avait frappé dans une rencontre organisée il y a quelques semaines à Alger, à l’initiative d’une jeune journaliste, c’est que «les jeunes filles présentes portaient la question de l’égalité des droits de façon décomplexée».
Vendredi dernier à la Bourse du travail, à Paris, de jeunes féministes ont réclamé «un dialogue» entre les générations de féministes et une «traçabilité» du féminisme algérien.

Cette première expérience de débat public sera suivie par d’autres rencontres, ont convenu ses organisatrices et animatrices. Elles étaient dimanche, pour leur rendez-vous dominical, place de la République, pour poursuivre débat et échanges.

El-Watan.com