Lancée par l’association El Aman : Sensibilisation contre le gaspillage durant le Ramadhan

  • 5 jours il y a
  • 18 Vues
  • 0 0
Tipasa : L’ex sénateur Malik Boujouher condamné à 07 de prison ferme

Mois de consommation par excellence, le Ramadhan est également synonyme de gaspillage. Dans les maisons ou sur les étals des marchés, ce phénomène est présent partout.

C’est la raison pour laquelle plusieurs voix de la société civile se sont élevées pour appeler à plus de rationalisation dans les denrées alimentaires. L’association de protection du consommateur El Aman en est une. Elle a lancé une campagne nationale de sensibilisation sous le slogan «Un Ramadhan en bonne santé et sans gaspillage».

Son président, Hacène Menouar, explique que leur vision pour cette année est d’aller vers d’autres lieux de gaspillage, à savoir les sites de production agroalimentaire et les zones de distribution. «Incriminer le consommateur à lui seul dans ce phénomène signifie fermer les yeux sur les autres formes de gaspillage. De la fourche à la fourchette, le gaspillage est partout.

C’est la raison pour laquelle nous avons choisi cette année de travailler sur ces niches, notamment que le taux de gaspillage dans notre pays frôle les 40% des aliments», explique notre interlocuteur, qui souligne que ce dernier chiffre n’est pas officiel mais émanant d’un simple calcul mathématique basé sur les dernières données de la FAO. Cette organisation mondiale a fait savoir que 30% des aliments produits dans le monde sont jetés.

Le président de l’association El Aman motive ses constats par plusieurs faits réels à l’origine de ce phénomène. Il cite, entre autres, le manque de planification agricole et agroalimentaire, la faiblesse du tissu industriel permettant la récupération du surplus agricole, l’inadaptation des moyens chez les agriculteurs, le manque de marchés et de lieux de distribution ainsi que l’absence de plateformes stratégiques frigorifiques pour l’entreposage des produits agricoles.

«Cette faible maîtrise dans le secteur de la production et de la distribution s’associe à l’absence de culture de consommation dans notre société. Il y a absence de planification hebdomadaire des menus, inadéquation des achats par rapport aux capacités de stockage, de conservation et de consommation et un comportement irrationnel lors de la consommation», cite M. Menouar, qui considère que le mois de Ramadhan regroupe tous ces constats, mais en double.

D’après un petit sondage élaboré par son association, les Algériens dépenseraient pendant ce mois sacré le double de ce qu’ils dépensent en temps normal pour l’achat des produits alimentaires, dont une bonne partie est jetée.

En plus de la sensibilisation via les différents canaux de communication, l’association El Aman table sur l’accompagnement des pouvoirs publics en préparant des plateformes regroupant plusieurs actions à mener, telles que la réalisation de cartes de planification agricole en collaboration avec le ministère de l’Agriculture.

El-Watan.com
elwatan

GRATUIT
VOIR