AEP et assainissement à El Milia (Jijel) : Des réseaux dans un état désastreux

  • 2 mois il y a
  • 17 Vues
  • 0 0
AEP et assainissement à El Milia (Jijel) : Des réseaux dans un état désastreux

En vingt ans d’opulence financière du pays, la ville d’El Milia n’a pas bénéficié de l’inscription d’un projet de rénovation de son réseau d’AEP ni dans celui de l’assainissement.

Et pourtant la wilaya de Jijel a eu sa part de projets de développement, en faisant de la rénovation de ces réseaux au chef-lieu de la wilaya et à Taher une priorité qui a fini par être concrétisée. Maintenant que ces deux grandes villes ont bénéficié de la réalisation de ces projets, ce qui leur permet de ne plus avoir de soucis en matière d’AEP, qu’en est-il pour El Milia ?

Alors que les élus et les différents responsables, qui se sont succédé dans cette ville, sont mis à l’index dans cette défaillance, l’urgence est signalée pour faire de ces projets une priorité absolue. «Sans un réseau d’AEP rénové et performant, l’eau du barrage de Boussiaba, qu’on attend depuis de longues années pour délivrer la population de son calvaire quotidien, ne réglera pas ce problème», avertissent des citoyens d’El Milia.

Ceci dit, et sans être un initié à la situation actuelle du réseau existant, on peut constater qu’à chaque moment de distribution de l’eau, il y a des inondations dans la ville. Dans leur ensemble, les conduites sont défectueuses. Jamais, elles n’ont subi une quelconque opération de rénovation, tandis que la ville a connu une extension tentaculaire. La tentative de les refaire a été capotée, lorsque le projet a été abandonné avant même qu’il ne soit achevé.

Bloqué par de multiples contraintes, dont le problème des constructions illicites, il a fini par tomber dans l’oubli. «Le comble est qu’on considère ce projet comme étant réalisé», chuchote-t-on à l’APC d’El Milia. Peut on ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances qui ont abouti à cette fin en queue de poisson d’un projet qui aurait pu être salvateur, ne serait-ce que pour une partie de la ville ?

La question n’est certainement pas à l’ordre du jour, à un moment où on annonce que l’eau du barrage de Boussiaba sera bientôt pompée. Par quel moyen va-t-elle être distribuée? Là est la grande question en l’absence d’un réseau d’AEP solide et performant qui fait défaut à cette ville. L’autre défaillance dans l’inscription des projets les plus prioritaires concerne l’absence d’un réseau d’assainissement pour mettre un terme à ces points noirs qui polluent d’une manière permanente la cité.

Dans chaque quartier, devant les établissements scolaires, au centre-ville et partout ailleurs aux quatre coins de la ville, il y a un problème de ce type. A l’image de celui de l’AEP, le réseau d’assainissement est lui aussi défaillant. L’inscription d’une opération pour sa rénovation sonne telle une urgence dans une ville livrée depuis des années à une gestion improvisée et hasardeuse de ses affaires publiques.

El-Watan.com