Aïn El Hammam : Inondations récurrentes

  • 1 mois il y a
  • 18 Vues
  • 0 0

La ville de Aïn El Hammam, à cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, n’arrive pas à résoudre le problème de canalisations des eaux de ruissellement auxquelles elle fait face depuis des décennies.

A chaque averse, les rues deviennent des torrents infranchissables. Les piétons ne peuvent aller d’un trottoir à l’autre et se retrouvent coincés. Des torrents dévalant des hauteurs du lieu où se trouve l’auberge s’accumulent et débouchent à la station de taxi, située plus bas et qui devient le réceptacle de toutes sortes de détritus. Ainsi, un lac infranchissable de plusieurs dizaines de mètres de large se forme en cet endroit en raison de l’inexistence d’avaloirs.

Ce n’est que plusieurs heures après les chutes de pluie, parfois le lendemain, que l’asphalte recouvert de boue et d’objets hétéroclites refait son apparition. Cette situation, qui dure depuis que des constructions ont été érigées sur les hauteurs de la ville et sur la route d’Aït Yahia, perdure et risque de durer encore longtemps si des travaux de grande envergure ne sont pas entamés.

«La quasi-totalité des ouvrages situés sur ces tronçons ont été carrément bétonnés. Un problème que l’on retrouve également en amont sur les routes nationales qui desservent la région», remarque un transporteur.

Des citoyens affirment que l’absence d’évacuation des eaux de pluie de la ville ainsi que l’éclatement sporadique du réseau d’égouts ne seraient pas étrangers au mouvement de terrain qui affecte la zone du marché. Même s’ils n’en sont pas la cause essentielle, ils contribuent à aggraver le phénomène de glissement de terrain, disent certains responsables de la commune.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com