Aït R’zine : Les PCD jugés insuffisants

  • 6 jours il y a
  • 13 Vues
  • 0 0

La commune d’Aït Rzine a été créditée d’une autorisation-de programme de 45 millions de dinars, au titre de l’exercice 2019 des Plans communaux de développement (PCD), nous a confié un responsable de la municipalité.

Une dotation jugée «insuffisante» par les membres de l’exécutif. «Cette subvention est sans commune mesure avec les besoins d’une commune de 20 000 habitants et qui accuse un retard de développement dans tous les secteurs», relève un élu local, indiquant que même les besoins les plus basiques des 15 villages que compte la circonscription ne pourraient pas être couverts. «Nous sommes confrontés à un véritable dilemme : investir tout le budget dans un secteur et renvoyer tous les autres aux prochains exercices, ou toucher à tous les secteurs, en faisant du saupoudrage.

Dans un cas comme dans l’autre, on n’est pas sorti de l’auberge. On espère que les pouvoirs publics vont prendre en considération cette situation, en nous concédant une subvention conséquente sur les FCCL de l’année en cours», dira notre interlocuteur. Et de suggérer «la prise en charge sur les programmes sectoriels du projet du nouveau siège APC, de même que certains autres projets budgétivores».

Les responsables de l’APC disent s’attendre à une levée de boucliers des villageois, sachant que leurs préoccupations ne seront que partiellement prises en charge. «Il y a des problèmes qui attendent depuis des lustres d’être solutionnés, mais qui ne le seront pas cette année, faute de crédits suffisants. Cela va fatalement susciter des frustrations et soulever des colères», prédit-on. «Nous sommes des laissés-pour-compte, des citoyens de seconde zone. Même le minimum vital nous est inaccessible», fulmine un quadragénaire du village Tighilt. D’autres villageois confessent boire le calice jusqu’à la lie. «C’est inimaginable qu’en 2019, beaucoup de foyers n’accèdent encore ni à l’eau potable, ni à l’électricité, ni au gaz.

C’est pourtant la triste et amère réalité à Aït R’zine», clame un citoyen du village Ouizrane.

El-Watan.com