Aït Yahia : La formation de tapissières relancée

  • 3 semaines il y a
  • 19 Vues
  • 0 0

Longtemps boudé par les jeunes filles de la région, le centre de formation professionnelle de Aïn El Hammam, cinquante kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, vient enfin de se doter une section de tisseuses dont la formation se déroulera à l’ancienne école du village d’Aït Hichem, dans la commune d’Aït Yahia.

La réouverture de cette école, qui n’a plus reçu de stagiaires depuis une dizaine d’années, a fait l’objet d’une cérémonie à laquelle ont assisté les autorités locales ainsi que les représentants du tourisme, de la DJS, de la culture et de la Chambre de l’artisanat, venus de Tizi Ouzou pour marquer cet événement auquel tiennent beaucoup les habitants d’Aït Hichem. D’ailleurs, c’est grâce au combat de l’association des femmes tisseuses du village, dont l’objectif est «la promotion et la sauvegarde du tapis d’Aït Hichem» que la région a enfin renoué avec la formation des artisanes devant prendre le relais des anciennes.

En guise d’encouragement, les quinze élèves qui viennent de débuter leur formation recevront une prime mensuelle de 12 000 DA chacune, pendant une année qui sera versée par la direction de l’emploi. Il faut noter que les jeunes filles de la région ne s’intéressent plus au métier, dont leurs aînées ont fait leur gagne-pain.

On a assisté à la régression du tapis, si cher à la région, pendant près d’une décennie, avant que «les amoureux de cet art ne prennent pas les choses en main afin de lui redonner la place qu’il n’aurait jamais dû perdre», nous dit une tisseuse, qui ajoute que «malgré les difficultés rencontrées, le tapis peut être rentable, pour peu que les touristes étrangers reviennent dans la région».

El-Watan.com