Proche-Orient : Les Israéliens disent «non» à la paix

  • 2 semaines il y a
  • 15 Vues
  • 0 0

Benyamin Netanyahu formera le nouveau gouvernement israélien qui sera composé de partis de la droite et de l’extrême droite.
C’est le peuple israélien, ayant dérivé durant la dernière décennie vers la droite, qui a décidé cela en octroyant au Likoud, le parti de Netanyahu, et au reste des partis de la droite et de l’extrême droite une avance considérable au cours des élections législatives de mardi dernier.

Les résultats du comptage des 97% des bulletins ont montré, hier matin, que le Likoud a obtenu autant de sièges (35) que la liste Bleu blanc de Béni Gantz, un ancien chef d’état-major de l’armée de l’occupation israélienne. Mais ce sont les autres partis de droite en plus des partis ultra-orthodoxes qui ont fait la différence avec cette liste, qui se proclame du centre droit.

Après plus de 10 ans au pouvoir, au cours desquels il a réussi à annihiler toutes les chances d’un accord de paix avec les Palestiniens, Benyamin Netanyahu poursuivra certainement sa mission consistant à tuer définitivement la solution à deux Etats, prônée par la communauté internationale et bénéficiant du soutien de la direction palestinienne.

Saëb Erakat, le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a estimé que les Israéliens ont dit «non à la paix et oui à l’occupation» des Territoires palestiniens. «Seuls 18 des 120 membres élus du Parlement israélien soutiennent la solution à deux Etats», a déclaré le haut responsable palestinien.

Moustapha El Barghouti, chef du mouvement L’Initiative nationale, voit de son côté que les résultats des élections israéliennes ont montré que «la concurrence s’est déroulée entre la droite raciste et une autre droite raciste, et que les deux côtés veulent consolider un régime d’apartheid raciste». «Ces résultats comportent également la mort du camp de la paix et de la solution à deux Etats», à ajouté M. El Barghouti.

En effet le parti travailliste, représentant la gauche israélienne qui a formé plusieurs gouvernements dans le passé, est actuellement à la peine. Il n’aurait obtenu que 6 sièges au niveau de ce nouveau Parlement.

Le nouveau gouvernement israélien de droite, qui bénéficiera d’un soutien inconditionnel de l’administration américaine du président Donald Trump, aura pour mission principale d’annexer de larges parties de la Cisjordanie occupée, les colonies et les terres non habitées par les Palestiniens, comme l’a annoncé Benyamin Netanyahu au cours de sa campagne électorale.

Les Palestiniens, affaiblis par la division, ont cette fois peu de chances d’arrêter ce processus de spoliation à grande échelle de leurs terres. Laissés seuls face à un ennemi sans pitié, ils n’ont que le choix de rester sur leurs terres, quels que soient les sacrifices et continuer leur lutte pour vivre un jour, même lointain, leur rêve d’un Etat libre et indépendant, avec la Ville Sainte d’El Qods comme capitale. Le moment est difficile, mais il est interdit d’abdiquer.

El-Watan.com