Amizour : Conflit autour d’une exploitation agricole

  • 2 mois il y a
  • 17 Vues
  • 0 0

Les habitants du village Debha Oufella, dans la commune d’Amizour, demandent «la déchéance pure et simple de l’exploitation agricole EAI n°5 Aïssat Mohand», objet d’un conflit qui risque de se compliquer entre les villageois de Debha, représentés par son comité et les héritiers de l’ancien détenteur d’un droit de jouissance sur cette parcelle.

Comme ils demandent aussi «l’ouverture d’une enquête». Selon les habitants, «les terres revendiquées par cet ancien détenteur d’un droit de jouissance déchu sont abandonnées depuis 28 ans.

Le conflit l’opposant à tout un village a engendré une tension palpable qui a fini par produire plusieurs procès en justice coûteux et lents à l’encontre de l’ex-exploitant qui sous-traite illégalement ces terres», selon la déclaration des habitants de Debha.

Dans ce conflit qui perdure et qui risque de dégénérer, les villageois tiennent pour «responsables la direction des Domaines, de l’agriculture, l’ONTA, des dépassements et des agressions verbales et physiques qu’ils subissent quotidiennement». Après avoir frappé à toutes les portes, les habitants ont procédé à la fermeture, avant-hier, de la RN75 à la circulation comme ultime recours pour se faire entendre.

«Ce qui est incompréhensif dans cette affaire est le laxisme des autorités judiciaires, les services de sécurité et la justice ne semblent pas inquiétés malgré les multiples sollicitations». «Nous demandons aussi une commission d’enquête qui mettra fin à ces agissements» disent les plaignants.

«Ils revendiquent même les terrains sur lesquels nous avons construit et d’autres terrains agricoles identifiés et exploités par des familles depuis plusieurs années et s’opposent à des projets de développement gérés par l’APC sur ces mêmes terrains. Les plaintes des villageois ne sont jamais enregistrées automatiquement chez les services de sécurité», fulmine un membre du comité.

Ce dernier conclut que «maintenir cette entreprise de l’EAI d’environ 15 hectares
perpétuera la convoitise et le risque d’enlisement».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com