Pénétrante autoroutière de Béjaïa : Que dix kilomètres à livrer d’ici la fin de l’année !

  • 5 jours il y a
  • 25 Vues
  • 0 0

L’Agence nationale des autoroutes (ANA) revoit à la hausse les délais de livraison du tronçon Akhnak (Seddouk)-Amizour de 26 kilomètres sur la pénétrante autoroutière.

Sans avancer une date précise, Afir Abdenour, responsable au niveau de l’ANA, a déclaré à la radio locale que «la première section, à savoir Amizour-Village agricole, longue de 10 kilomètres pourrait être livrée avant la fin de l’année en cours». Ainsi, les usagers de la route doivent patienter encore un an, peut être plus.

Pour rappel, le responsable de la division technique à la direction générale de l’ANA, Mohamed Khaldi, avait tablé, à la fin de l’année 2018, sur un délai de livraison ne dépassant pas février 2019 pour ce tronçon.

Malgré l’asphyxie régnante sur la RN26 qui relie El Kseur à Akbou, l’ANA n’a pas jugé utile d’ouvrir ce tronçon en question à la circulation après l’achèvement des ouvrages d’art.

Il a fallu attendre la visite du wali, qui a instruit d’ouvrir des voies secondaires vers les tronçons où le bitume est posé afin de soulager le trafic sur la RN26. «Le déplacement du wali et ses décisions ont apporté beaucoup de choses pour le projet», dit le responsable, avant d’ajouter que l’ouverture des servitudes vers ce tronçon ne sera pas possible avant l’achèvement de quelques ouvrages d’art sur lesquels deux entreprises sont à pied d’œuvre. Cependant, il a rassuré que «les entreprises ont très bien avancé sur ce tronçon Village agricole-Amizour, où même le bitume a été posé».

Quant à la section Akhnak-Timezrit, elle devra prendre plus de temps, puisque la nature du sol est problématique. «Au niveau du tunnel de Sidi Aïch et la partie Sidi Aïch-Timezrit, le relief est accidenté, il est montagneux. En plus, la géologie au niveau du tunnel ne permet pas d’avancer rapidement dans l’opération de creusement», explique-t-il. Et de préciser que «la technique employée pour le creusement permet d’avancer de deux mètres par jour».

Le délai de livraison des tunnels peut «aller jusqu’à un an», selon l’intervenant. Ce délai qui est très long est justifié par «la nature géologique du sol, ainsi que les travaux qui restent à exécuter, comme la mise en place des équipements».

Dans le même contexte, Afir Abdenour donne des détails sur les taux d’avancement du programme. Il dira que «le tronçon Akhnak-Amizour sur 26 kilomètres est fractionné en trois lots : nous avons la route, les ouvrages d’art et le tunnel de Sidi Aïch». Le terrassement et l’enrobage des voies en bitume ont atteint le taux de 75%, pendant que le taux d’avancement sur les viaducs et les ponts est variable. Il totalise, néanmoins, le taux de 65%.

Quant au tunnel, l’entreprise a réalisé 1 200 mètres, sur les 1 660, selon la même source.

El-Watan.com