Bernard Bajolet : « Bouteflika est maintenu en vie artificiellement »

  • 3 mois il y a
  • 18 Vues
  • 0 0

Bernard Bajolet, ancien ambassadeur de France à Alger (2006 à 2008) et patron de la direction générale de la sécurité extérieure ( DGSE)  de 2013 à 2017, réclame l’ouverture des archives du FLN et le déblocage du dossier des Harkis.

Interrogé sur les relations « difficiles » entre Alger et Paris, Bajolet dit, dans un entretien publié vendredi par Le Figaro, croire à une « évolution à petit pas », et ce pour deux raisons. La première, selon lui, est que « la nomenclature algérienne, issue ou héritière de la guerre d’Algérie, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l’égard de l’ancienne colonie ».

La seconde raison qui empêche une évolution rapide des relations entre les deux pays est directement liée à la situation prévalant au palais d’El Mouradia. « Le président Bouteflika, avec tout le respect que j’éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement. Et rien ne changera dans cette période de transition. Si ouverture il y a, il faudra aussi qu’elle soit réciproque avec, entre autres choses, l’ouverture des archives du FLN… », a déclaré Bajolet.

L’ancien diplomate-espion a reconnu toutefois que « des avancées existent, souvent très discrètes : les pieds-noirs, et même les anciens appelés, sont bien accueillis en Algérie. Quand j’étais ambassadeur, les Algériens nous ont sincèrement aidés à rechercher, en vain, les corps de soldats français torturés et tués par le FLN ».

Bernard Bajolet, qui vient de publier un livre intitulé « Le soleil ne se lève plus à l’est », a soutenu qu’ « Il y a un réel blocage sur la question des harkis ».

L’article Bernard Bajolet : « Bouteflika est maintenu en vie artificiellement » est apparu en premier sur El Watan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com