Carnage dans des mosquées en Nouvelle-Zélande

  • 7 jours il y a
  • 38 Vues
  • 0 0

Un extrémiste de droite tue 49 musulmans

Ces attaques sont le «résultat de la prolifération du discours islamophobe dans plusieurs pays, y compris dans ceux qui sont réputés pour la coexistence de leurs populations», a soutenu cheikh Al Tayeb, le grand imam d’Al Azhar.

Un homme présenté comme un  «extrémiste de droite», équipé d’armes semi-automatiques, a fait un carnage hier dans deux mosquées de la localité néo-zélandaise de Christchurch, tuant 49 fidèles et blessant des dizaines d’autres. Les deux cibles étaient la mosquée Masjid Al Noor dans le centre de la ville – où 41 personnes ont péri, selon la police – ainsi qu’une seconde mosquée, à Linwood, dans la banlieue, où sept personnes sont mortes. Une cinquantaine de blessés par balle ont été hospitalisés. L’attaque a provoqué aussi une onde de choc en Nouvelle-Zélande, pays de cinq millions d’habitants, dont seul 1% s’identifie comme musulman.

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a décrit l’une des «journées les plus sombres» jamais vécues par son pays. Elle a immédiatement qualifié les attaques, les pires contre des musulmans dans un pays occidental, de «terroristes». «Il est clair qu’on ne peut que décrire cela comme une attaque terroriste», a déclaré Mme Ardern. «Pour ce que nous en savons, (l’attaque) semble avoir été bien planifiée.»

Deux engins explosifs artisanaux ont été découverts dans une voiture et neutralisés, selon la police. A Sydney, le Premier ministre australien a décrit le tireur comme étant un «violent extrémiste de droite». Parmi les morts, figureraient des femmes et des enfants. D’après la Première ministre, une vingtaine de personnes sont dans un état grave.

L’assaillant a diffusé en direct sur internet les images de ses attaques, où on le voit passer de victime en victime, tirant sur les blessés à bout portant, alors qu’ils tentaient de lui échapper. Les images du tireur sont «extrêmement pénibles», a prévenu la police néo-zélandaise. Les autorités ont averti les internautes qu’ils pourraient encourir jusqu’à 10 ans de prison en cas de partage.

Outre la vidéo, des photos liées au tireur ont été postées sur les réseaux sociaux montrant des armes semi-automatiques recouvertes des noms de personnages de l’histoire militaire, dont des Européens ayant combattu les forces ottomanes aux XVe et XVIe siècles.

Crimes racistes

Un Australien de 28 ans a été arrêté et inculpé de meurtres. Il doit comparaître aujourd’hui devant le tribunal du district de Christchurch. Deux autres hommes étaient toujours en garde à vue sans que l’on sache ce qui leur est reproché. Le principal suspect a publié un «manifeste» raciste sur les réseaux sociaux avant de passer à l’action, où il semble s’inspirer de théories populaires dans les milieux d’extrême droite selon lesquelles les «peuples européens» seraient «remplacés» par des populations non européennes immigrées. Le document détaille deux années de radicalisation et de préparatifs avant le passage à l’acte.

Les forces de l’ordre avaient imposé un bouclage de la ville avant de lever les mesures quelques heures plus tard. La police a demandé aux fidèles d’éviter les mosquées «partout en Nouvelle-Zélande». Le pays a relevé son niveau d’alerte à la sécurité de bas à élevé. Par mesure de précaution, l’armée a fait exploser deux sacs qui semblaient abandonnés près d’une gare d’Auckland. La police s’est également rendue sur une propriété ayant un rapport avec l’attaque et le voisinage a été évacué.

Discours islamophobes

L’attentat a suscité une vague de condamnations dans le monde. Le pape François s’est déclaré hier «très attristé» par les «actes de violence insensés» contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande, exprimant sa «solidarité» avec la communauté musulmane du pays. Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a dénoncé de son côté «les responsables politiques irresponsables qui attisent la haine contre les musulmans».

Le président américain, Donald Trump, a aussi condamné «l’horrible massacre dans des mosquées» en Nouvelle-Zélande, dénonçant la mort «insensée» de 49 «innocents». «Mes plus sincères condoléances et mes meilleures pensées vont au peuple de Nouvelle-Zélande après l’horrible massacre dans des mosquées. 49 personnes sont mortes de manière si insensée, avec tant d’autres gravement blessées», a-t-il écrit sur Twitter.

Le grand imam d’Al Azhar au Caire, cheikh Ahmed Al Tayeb, a également condamné les attaques, appelant à combattre les groupes racistes. «Ces attaques terroristes contre des lieux de prière doivent nous inciter à ne pas être tolérants avec les courants et les groupes racistes qui commettent ce genre d’actions abjectes», a dit le cheikh d’Al Azhar dans un communiqué.

Ces attaques sont le «résultat de la prolifération du discours islamophobe dans plusieurs pays, y compris dans ceux qui sont réputés pour la coexistence de leurs populations», a ajouté cheikh Al Tayeb, appelant à «multiplier les efforts pour soutenir les valeurs de la tolérance et de la coexistante au sein de la société d’un même pays».

El-Watan.com