Constantine Reads : Le club lance son premier concours littéraire

  • 1 mois il y a
  • 21 Vues
  • 0 0
Constantine Reads : Le club lance son premier concours littéraire

En organisant un concours littéraire national, le club Constantine Reads s’attendait à une participation modeste. Les pronostics ont été déjoués, à la grande satisfaction de ses membres. Ils sont plusieurs dizaines d’étudiants, de jeunes diplômés et d’auteurs en herbe qui ont répondu favorablement à cette compétition.

«Nous avons recensé 120 participants, issus de 34 wilayas. Au final, nous avons sélectionné 50 œuvres, dont les auteurs représentent pas moins de 23 wilayas», a indiqué Mossaab Gharbi, du club Constantine Reads et l’un des organisateurs dudit concours. Les lauréats, dont plus de la moitié, à savoir 27 d’entre eux, sont des femmes, sont originaires de Constantine, Guelma, Oum El Bouaghi, Alger, Sétif, M’Sila, El Bayadh, Bordj Bou Arréridj, Mila, Chlef, Ouargla, Bechar, Skikda, Naâma, Adrar, Sidi Bel Abbès et Aïn Defla. Toutes les régions du pays sont ainsi représentées, ce qui renforce le cachet national de cette première édition, le début sûrement d’une longue série.

«Nous reviendrons prochainement pour une autre édition, car notre coup d’essai a suscité un intérêt que nous souhaitons encore grandissant, c’est une réussite !», dira notre interlocuteur. Lancé depuis la page Facebook du club, le concours intitulé «Djossour, Passerelles» a été clôturé le 20 septembre dernier, soit un mois après son annonce. Comme son nom l’indique, il s’articule autour de la création littéraire, dont la nouvelle, la poésie et la réflexion dans les quatre langues, arabe, amazigh, français et anglais. La sélection des œuvres qui se sont distinguées s’est faite par un jury rompu à ce genre d’exercice, en l’occurrence le comité de lecture de la maison d’édition Erraïd, nous-a-t-on précisé. Ce qui en soi donne un caractère professionnel à ce concours, quand bien même il a été initié par des jeunes amateurs de livres et de culture. Le premier lauréat aura droit à une récompense symbolique. Quant aux autres gagnants, il leur sera remis une reliure de toutes les œuvres choisies. Un encouragement pour tous les participants qui ont eu ainsi l’opportunité de tester la valeur de leur fibre littéraire. Et peut-être d’y déceler une vocation, voire un début de parcours professionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com