Un seul peuple, un seul objectif

  • 2 semaines il y a
  • 31 Vues
  • 0 0

CHERES CONCITOYENNES ET CHERS CONCITOYENS,

Agé de 72 ans et en retraite après près de 55ans de travail (J’avais commencé ma vie professionnelle comme apprenti des chemins de fer)et n’ayant jamais adhéré à un quelconque parti ou mouvement politique, j’ai suivi avec une très grande attention le soulèvement du peuple depuis la mi-février 2019.

Ce soulèvement (qui en fait une véritable révolution) que certains affirment « blanc » pour son pacifisme etle civisme, dont a fait preuve la majorité des participantes et participants a laissé pantois les ennemis intérieurs et extérieurs du pays, a non seulement suscité mon admiration mais m’a donné l’espoir que les générations actuelles et futures ont la capacité et la maturité pour mener à terme le changement tant attendu.

Il a également provoqué en moi une certaine inquiétude due aux multiples revirements éhontées de certains chefs de « partis » et déclarations nihilistes de certains autres qui pour des raisons inavouées mais attestées par leur histoire, osent affirmer que le Hirak s’essoufflera et finira à genoux.

Cela me rappelle les déclarations faites dans ma jeunesse par certains haut-placés de l’Etat français à propos de la révolution du 1er novembre 1954, qui, faisant la politique de l’autruche, ne voulaient pas comprendre que ce n’était pas une révolution d’une armée mais celle de tout un peuple.

Ces déclarations m’ont fait rappeler un passage du chanteur français Léo ferré qui disait :

Les révolutions ? Parlons–en !

Je veux parler des révolutions qu’on peut encore montrer

Parce qu’elles vous servent,

Parce qu’elles vous ont toujours servis,

Ces révolutions de “l’histoire”,

Parce que les “histoires” ça vous amuse, avant de vous intéresser,

Et quand ça vous intéresse, il est trop tard, on vous dit qu’il s’en prépare une autre.

Lorsque quelque chose d’inédit vous choque et vous gêne,

Vous vous arrangez la veille, toujours la veille, pour retenir une place

Dans un palace d’exilés, entouré du prestige des déracinés.

Les racines profondes de ce pays, c’est Vous, paraît–il,

Et quand on vous transbahute d’un “désordre de la rue”, comme vous dites, à un “ordre nouveau” comme ils disent, vous vous faites greffer au retour et on vous salue.

Depuis soixante ans (ndlr), vous prenez des billets pour les révolutions.

Vous seriez même tentés d’y apporter votre petit panier,

Pour n’en pas perdre une miette, n’est–ce–pas ?

 Et les “vauriens” qui vous amusent, ces “vauriens” qui vous dérangent aussi, on les enveloppe dans un fait divers pendant que vous enveloppez les “vôtres” dans un drapeau.

 Ces « gens » que vous voulez essouffler vous battront. Ils vous chasseront. Et ils prendront une relève. Pas la même que la vôtre. Leur relève à eux : faites de leur attente, de leur patience, de la Hogra qu’ils ont subie, de leur douleur, de leur rêve et aujourd’hui de leur espoir, de leur conviction et de leur acharnement inépuisable jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications, de TOUTES leurs revendications.

A ceux-là, enfants du pays (jeunes hommes, jeunes femmes et adultes honnêtes et propres), je dirai – sans prétendre leur donne une quelconque leçon – : cette révolution que vous avez engagée n’est pas encore gagnée. Bien sur les premières batailles ont été remportées (pas de 5ème mandat, pas de prolongation 4ème mandat, désertion des rats qui voyaient couler le navire, retournement ultra rapide de vestes d’anciens caciques du pouvoir, arrestation et tapissement des oligarques parvenus, démission du déjà ex-présidents, , etc.)mais les étapes vers les nobles objectifs auxquels nous aspirons dont encore à faire et sont parsemés d’embuches, de peaux de bananes spécialité de l’ex-régime, de corruption et encore plus sournoisement, de clientélisme. Soyez vigilants, faites attention aux défaitistes, aux inquisiteurs, aux mollasses, aux tristes « faiseurs d’opinions » qui du fond de leur fauteuil acquis par la fraude et la corruption, veulent diviser le peuple, créer des groupuscules qui leur sont soumis pour créer le désordre, insinuer le doute dans la crapule volonté de déstabiliser le Hirak.

Il n’y a qu’un seul peuple. Supprimons de notre esprit ces illusions que veulent nous inculquer les autres pour nous diversifier et nous bigarrer de tous les hypocrites louanges  pour mieux nous asservir. Qu’ils soient occidentaux ou orientaux.

Il n’y a qu’un seul objectif : l’obtention de toutes les revendications du Hirak, notamment la fin du système qui se débat encore aujourd’hui, l’égalité de TOUS et de TOUTES face aux devoirs et aux droits,

L’adhésion et le soutien d’une armée composée des enfants du peuple, unie comme et avec le peuple, garante de la sécurité du pays en entier et de sa population, indépendant de toute influence étrangère et accompagnatrice du Hirak jusqu’au fondement des nouvelles institutions ; Président de la république choisi par le peuple, assemblée nationale composée par des élus du peuple, gouvernement et dirigeants d’institutions choisis par la Présidence après consultation du peuple…. Une fois ces mutations opérées l’armée restera gardienne et garante de la sécurité du pays et de son peuple.

Quant à la constitution ; élaborée en 1963 puis suspendue en 1965, elle a été « reprise » – sans consultation directe et préalable du peuple – en 1976, puis a subi plusieurs amendements (1979,1980 et 1988). En 1989 et toujours « sans consultation directe et préalable du peuple » elle a été reprise puis amendée en 1996, 2002, 2008 et 2016.

Elle a toujours été d’une étape en retard d’une « contestation » et n’est plus au regard de tous ces rajouts sans l’aval du peuple que « de l’encre sur du papier ». Alors, question : Qui prime aujourd’hui pour l’avenir souhaité par les Algériens : Une constitution sans valeur ou la volonté de tout un peuple ?

Vive l’Algérie une, indivisible,libre, réellement démocratique et ouverte au progrès.  

 

 

Par Abdelhamid Mecheri

Cadre retraité

El-Watan.com