Cruel destin

  • 1 semaine il y a
  • 25 Vues
  • 0 0

Je ne voudrais pas être rabat-joie, mais seulement lucide après ces journées radieuses du printemps algérien, un vrai celui-là. Le peuple ne doit jamais plus être le dindon de la farce et la variable d’ajustement des systèmes mafieux.

Cruel destin que celui de Bouteflika : chassé par l’armée en 1979 et en 2019 ! Les derniers «bâtiments» de l’Algérie qui tenaient encore en 1999 mis à terre après 20 ans d’impéritie. Bouteflika laissera un champ de ruines !

L’armée atteint la fin de la partie pour cueillir les marrons bien cuits du feu ! (voir le retournement de veste de Gaïd et son silence actuel).

Prochaine étape : après le 18 avril, élimination de Gaïd et retour à la case départ (1962) avec le nouveau moteur de la rapine (boostage de Hassi Messaoud et exploitation du gaz de schiste) et le manège continuera de tourner… comme la terre du reste. De temps en temps, on fait descendre ceux dont les tickets sont épuisés !

Cela, c’est leur stratégie. Ce qui adviendra, seul Dieu le sait. Ces derniers jours ont été magnifiques, grandioses. Gloire à tous nos martyrs et gloire à l’Algérie éternelle.

Abdelhadi Benzaghou

 

 

 

 

El-Watan.com