Des tests de qualité détermineront prochainement l’achat du blé russe : Le marché suspendu à la décision algérienne

  • 2 mois il y a
  • 17 Vues
  • 0 0
Des tests de qualité détermineront prochainement l’achat du blé russe : Le marché suspendu à la décision algérienne

Rien ne va plus sur le marché du blé en Europe face à l’explosion de la production russe qui menace de séduire les clients du Vieux Continent dont l’Algérie. Cette dernière qui raflait 41% de la production européenne a montré un intérêt certain pour le blé russe qui est vendu à un prix bien inférieur.

Les agriculteurs européens et surtout français seront durement touchés par ce rapprochement algéro-russe en matière d’échanges agricoles que des analystes qualifient de véritable «séisme sur le marché mondial».

Ce marché est suspendu à la décision qui sera prise par les autorités algériennes après la réception et l’analyse de la qualité «du lot de blé d’essai qui sera envoyé à l’Algérie dans un avenir proche». Un communiqué de la direction de surveillance du ministère russe de l’Agriculture Rosselkhoznadzor affirmait durant la semaine écoulée que l’Algérie a montré un vif intérêt pour le blé tendre de la Russie, qui a déjà conquis des marchés en Afrique, et qui va très certainement être acheté par le plus grand pays d’Afrique qui est l’Algérie.

Les premiers tests de la qualité de ce blé ont eu lieu il y a quelques jours en Russie, dont l’un a été effectué dans une boulangerie et un autre dans un bureau de contrôle de la qualité des céréales et auxquels des responsables algériens ont assisté. Notons qu’une première opération d’importation de blé russe a eu lieu en 2017 pour une valeur de 5 millions de dollars, mais l’importation de ce blé avait été restreinte pour des raisons de qualité, d’où les tests qui sont effectués actuellement afin de déterminer si les autorités algériennes effectueront des opérations d’importation plus régulières. Une décision qui sera durement accueillie par le premier fournisseur de l’Algérie en blé qui est la France. «Si l’Algérie décidait d’ouvrir la porte au blé de meunerie russe, ce serait un séisme sur le marché mondial. Ce serait un cauchemar pour les exportations françaises», estime Gabriel Omnes, analyste chez Stratégie Grains, cité par l’agence Bloomberg.

La Russie profite de la forte production qu’elle propose sur le marché mondial face au recul de la production européenne. Cette dernière a chuté de 16% au cours de la saison écoulée en juin dernier et les ventes de l’UE ont diminué d’environ un tiers, alors que la production russe a atteint de nouveaux records après le grand succès des exportations en 2017 qui ont augmenté de 50% pour s’établir à 40 millions de tonnes. Ces trois dernières années, la Russie a été à deux reprises le premier exportateur mondial de blé en devançant les Etats-Unis. «Ces deux dernières années, la Russie a été le numéro un de l’exportation de blé dans le monde.

Depuis des années, nous sommes dans le top 5. La Fédération de Russie est un grand producteur de blé et un des plus importants exportateurs… Un canal supplémentaire de distribution est apparu et il apporte beaucoup d’argent à l’agriculture et à l’économie nationale», indique le vice-président de l’Union russe des céréales. «L’ouverture de l’Algérie au blé russe a fait l’objet d’une crainte de longue date. Le plein effet sur les flux commerciaux aurait un impact beaucoup plus lourd sur un marché bien approvisionné», indique pour sa part à Bloomberg, Ben Bodart, de AgriCommodities, basé en Angleterre. La Russie consoliderait, grâce à son nouveau client algérien, sa position en tant que premier fournisseur en Afrique du Nord, après avoir déjà dominé les importations du principal acheteur de blé en Egypte.

Outre le blé, l’Algérie serait même intéressée par le lait, la viande bovine et les ressources aquatiques russes. La France misait beaucoup sur le marché algérien afin de faire face à la contraction du commerce de blé dans d’autres pays comme le Maroc, au Cameroun et au Sénégal. Mais c’était sans compter sur la concurrence russe qui est de plus en plus offensive. L’inquiétude suscitée par la concurrence russe a atteint les agriculteurs américains. «Les fermiers américains, en difficulté, ont de nouvelles inquiétudes sur le marché des céréales… La concurrence croissante de la part de la Russie constitue une menace supplémentaire pour l’agriculture américaine…

Les fermiers russes pourraient renforcer leur position sur le marché mondial, profitant des différends commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis, notamment après que la Chine a taxé le blé américain de 25%», souligne The Wall Street Journal.

 

 

 

Céréales. Le blé termine la semaine à l’équilibre

Les prix du blé étaient à l’équilibre hier à la mi-journée, l’évolution du cours euro/dollar apportant du soutien aux prix. A la mi-journée sur Euronext, la tonne de blé regagnait 50 centimes d’euro sur l’échéance de décembre à 203,25 euros et 25 centimes sur celle de mars à 206,25 euros, dans un marché assez calme, avec moins de 7000 lots échangés. «La monnaie (européenne) a pas mal baissé, on a gagné en compétitivité», commentait un analyste. Autre élément confortant les niveaux de prix actuels du blé sur Euronext, le renforcement du rouble et le niveau de prix des blés vendus récemment par la Russie au grand importateur d’épis qu’est l’Egypte, en hausse par rapport aux derniers mois, selon Alexandre Boy. L’Egypte a en effet acheté
180 000 tonnes de blé russe, à des niveaux de prix en hausse par rapport aux derniers achats de l’autorité publique. Le marché du maïs ne progressait guère, en raison de la pression engendrée par la récolte sur les prix et également par les prix des maïs d’importation, meilleur marché que les prix sur Euronext. Sur Euronext, il progressait de 50 centimes sur l’échéance de novembre à 174,50 euros et reculait d’autant sur celle de janvier à 176 euros, pour une centaine de lots échangés. En début de semaine prochaine, les marchés vont commencer à anticiper le prochain rapport mensuel du ministère américain de l’Agriculture, qui doit paraître jeudi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com