Électricité : Sonelgaz veut étendre ses opérations en Afrique

  • 2 mois il y a
  • 19 Vues
  • 0 0

Le groupe Sonelgaz ambitionne d’étendre ses opérations commerciales à d’autres pays africains à des prix «étudiés», a annoncé, hier à Alger, le PDG du groupe public, Mohamed Arkab, cité par l’agence APS. «Sonelgaz est parvenue à produire ses propres équipements au niveau local, ce qu’il lui permet de proposer aux pays du continent des solutions globales tels le transport de l’électricité à travers les câbles à haute tension avec des moyens algériens», a déclaré le PDG du groupe, en marge d’une journée d’étude régionale sur la sûreté interne de ses établissements (SIE).

A ce propos, il a cité, entre autres, l’usine de production des turbines d’énergie électrique de Batna qui devrait entrer en production en 2019. Des négociations avec des partenaires africains devraient, d’après lui, permettre à Sonelgaz la réalisation de réseaux électriquex dans certains de ces pays avant 2020. Mohamed Arkab a aussi évoqué les contrats liant son groupe aux pays voisins, notamment la Tunisie et le Maroc pour les approvisionner en électricité. Interrogé sur une éventuelle augmentation des tarifs de l’électricité, Mohamed Arkab a affirmé que cela ne relève pas de ses prérogatives et que seule la Commission de régulation de l’électricité (Creg) est habilitée à faire une telle proposition. «En tant que Pdg du groupe Sonalgaz, j’ai simplement déclaré que la production et la distribution de l’électricité est onéreuse», a-t-il expliqué, estimant que «la solution ne réside pas uniquement dans l’augmentation des tarifs». «Outre la révision des tarifs, il y a lieu de réviser la gestion de l’entreprise pour rationaliser ses dépenses depuis la production jusqu’à la distribution», a-t-il souligné. A propos du pillage des câbles et des branchements illicites qui risquent de peser sur la situation financière du groupe, le patron de Sonelgaz a fait savoir que son groupe a constitué des brigades d’énergie pour contrôler les réseaux et intervenir rapidement en cas de vol ou d’infractions.

Le nombre des branchements illicites a diminué, selon lui, avec les opérations de relogement des habitants des bidonvilles et des habitats précaires qui constituaient pour Sonelgaz «une source de fraude». «Actuellement, le nombre des infractions liées aux branchements illicites avoisine les 4000», a-t-il estimé. Par ailleurs, le groupe Sonelgaz aspire à une prise en charge «effective» et «efficiente» de la Sûreté interne de ses établissements (SIE) tout en rationalisant des moyens mis en œuvre à cet effet au niveau de chaque établissement, selon Mohamed Arkab. «L’optimisation et la rationalisation des moyens devraient se concrétiser sur le terrain par une utilisation parcimonieuse et rigoureuse des moyens techniques et humains qui sont indispensables pour la sécurisation des établissements en veillant à la juste mesure tout en ayant à l’esprit la situation financière des entreprises économiques publiques», a souligné Mohamed Arkab dans son discours à l’ouverture des travaux de ladite rencontre.

El-Watan.com