Grandiose marche de la communauté universitaire à Tizi Ouzou : «Le système prolonge le mandat, le peuple prolonge le combat»

  • 1 semaine il y a
  • 29 Vues
  • 0 0
Grandiose marche de la communauté universitaire à Tizi Ouzou : «Le système prolonge le mandat, le peuple prolonge le combat»

La marche à laquelle à appelé la communauté  universitaire a drainé des milliers de personnes qui ont battu le pavé, hier, dans la ville de Tizi Ouzou. Ainsi, la mobilisation pour le rejet des offres de Bouteflika, qui a décidé de reporter l’élection présidentielle et se maintenir à la tête de la magistrature suprême, s’intensifie dans la wilaya, où de nombreuses actions de protestation ont été organisées cette semaine.

La manifestation des étudiants, personnel ATS et des enseignants universitaires a enregistré une réussite remarquable. La procession s’est formée à l’intérieur du campus de Hasnaoua avant de s’ébranler vers l’extérieur où d’autres marcheurs se sont joints à la foule. Il y avait, d’ailleurs, des médecins, des avocats et des fonctionnaires d’autres secteurs comme la formation professionnelle, l’éducation et les journalistes qui ont constitué un carré tout en mettant en avant une banderole de l’Association des journalistes et correspondants de presse de la wilaya de Tizi Ouzou réclamant la liberté d’expression et une Algérie meilleure.

La foule s’est ensuite dirigée vers le stade du 1er Novembre avant de continuer son parcours sur la rue qui longe le CHU Nedir Mohamed.

Les marcheurs scandaient, à gorge déployée, des slogans hostiles au pouvoir. «L’université s’engage, système dégage», «Pouvoir assassin» et «Y en a marre de ce pouvoir». Les manifestants ont également porté des banderoles et plusieurs pancartes avec différents slogans comme «Non à la violation de la Constitution», «Système dégage, assemblée constituante s’engage», «l’Algérie n’est pas une entreprise familiale», «Non à la privatisation de notre pays», «France dégage, 189 ans barakat» et «Le système prolonge le mandat, le peuple prolonge le combat».

Il y avait beaucoup d’autres pancartes écrites en tamazight, en arabe et même en anglais. Tous les mots d’ordre vont dans le même sens : départ du système et non à la violation de la volonté du peuple.

Une étudiante du département de français a choisi de plaider pour la refondation du contrat national, tandis que d’autres marcheurs ont brandi des portraits de Matoub Lounès, Hocine Aït Ahmed et d’autres personnalités historiques de la région. «Nous sommes fiers de vous», ont-ils mentionné au moment où des marcheurs ont porté des «effigies» de Sidi Saïd, Ouyahia, Amara Benyounès et Haddad sur lesquelles on pouvait lire : «On a honte de vous.» La foule a poursuivi sa marche avec les mêmes slogans.

Des chants patriotiques sont également repris en chœur par les manifestants qui ont été rejoints par les enseignants des différents paliers du secteur de l’éducation. A son arrivée à la placette de l’ancienne mairie, la foule s’est dispersée dans le calme.

Il faut souligner que la rue n’a pas connu de répit, cette semaine, dans la wilaya de Tizi Ouzou. Des avocats, des journalistes, des étudiants, des enseignants et des magistrats, entre autres, ont organisé des actions de protestation pour le départ du système.

El-Watan.com