Sahara Occidental : Le pillage se poursuit

  • 2 semaines il y a
  • 21 Vues
  • 0 0

Dans son dernier rapport sur le pillage par le Maroc des ressources naturelles du Sahara occidental occupé, rendu public hier, le Western Sahara Resource Watch (WSRW) révèle qu’un volume total de 1,93 million de tonnes de phosphate a été exporté en 2018 par 33 vraquiers. Sa valeur est estimée à 163,88 millions de dollars.

Ces exportations illégales sont en augmentation par rapport à 2017. Les importations de phosphate ont profité à six sociétés originaires de quatre pays différents, tandis qu’environ 72 sociétés ont été identifiées au niveau international comme possédant ou exploitant les navires qui ont transporté le minerai de phosphate jusqu’aux importateurs.

Bien que le volume total de phosphate exporté soit plus élevé que l’année précédente, il est à noter que le principal importateur, Nutrien Ltd du Canada, a décidé d’arrêter fin 2018 toutes les importations de phosphate en provenance du territoire occupé. Ainsi prennent fin les exportations marocaines du minerai du conflit sahraoui en Amérique du Nord. Néanmoins en 2018, deux nouveaux clients sont entrés en jeu : Coromandel Ltd en Inde, responsable d’une seule petite cargaison, et Sinofert Holdings Ltd en Chine, dont Nutrien est le deuxième plus gros propriétaire.

Bien qu’aucune quantité de phosphate du Sahara occidental n’ait été exportée vers l’Europe au cours des deux dernières années, il existe toujours des sociétés européennes concernées par le transport du minerai. L’opérateur le plus impliqué est le groupe danois Ultrabulk A/S, qui a transporté 6 des 33 cargaisons expédiées en 2018. Un nombre non négligeable de navires utilisés pour l’expédition du phosphate appartient à des sociétés grecques.

WSRW a observé que depuis que des navires transportant du phosphate du Sahara occidental ont été arrêtés au Panama et au Cap en 2017, pas un seul navire n’a transité par le cap de Bonne-Espérance ou par le canal de Panama.

Dans la foulée, WSRW a appelé toutes les entreprises impliquées dans le commerce illégal à cesser immédiatement tout achat de phosphate du Sahara occidental jusqu’à ce qu’une solution au conflit soit trouvée et que le peuple sahraoui ait pu exercer son droit fondamental à l’autodétermination.

El-Watan.com