Jardin du 5 juillet 1962 de Biskra : Une seconde vie artistique pour les troncs d’arbres morts

  • 3 semaines il y a
  • 20 Vues
  • 0 0
Jardin du 5 juillet 1962 de Biskra  : Une seconde vie artistique pour les troncs d’arbres morts

Communément appelé «J’nen Beylek», le jardin public du 5 Juillet 1962 de la ville de Biskra a connu, la semaine dernière, une animation particulière, laquelle a drainé des centaines de visiteurs, dont des touristes étrangers, a-t-on constaté.

A l’initiative de l’association Biskra la verte (ABLV), soutenue par l’Office de la culture et des arts de l’APC de Biskra, et avec l’aide de l’association Mosaïque, un workshop de sculpture sur bois intitulé «Une seconde vie pour les arbres morts» a été organisé en plein air, avec la participation d’une quinzaine de professeurs des beaux-arts et d’artistes de Biskra, Batna, Béjaïa et Tizi Ouzou.

Sous le regard d’un public intéressé et durant quatre jours, ceux-ci ont créé des œuvres d’art à partir de troncs d’arbres qui ont été coupés à la suite d’une opération de rénovation du jardin et qui étaient voués à la déchetterie. «Nous avions mal au cœur de voir des arbres centenaires abattus et destinés à la poubelle, alors l’idée nous est venue de les utiliser pour permettre aux sculpteurs nationaux de prouver leurs capacités créatrices, d’animer ce jardin public historique et de permettre au public et à nos invités de voir des artistes à l’œuvre et de comprendre les processus de création artistique et les outils et techniques utilisés dans la sculpture sur bois», a expliqué Mohamed Hayouni, président de l’ABLV.

Débités, limés, sculptés, cisaillés, taillés, badigeonnés et ciselés, ces troncs d’arbres ont en effet retrouvé une seconde vie au gré de l’inspiration des artistes qui ont, de l’avis de plusieurs esthètes rencontrés sur les lieux, su extirper de leur gangue de bois des personnages, des animaux, des ustensiles et des formes abstraites totémiques, faisant référence à la culture nationale et à sa diversité.

«Notre démarche est aussi d’ouvrir des horizons artistiques pour les enfants et les jeunes, invités à observer les artistes en plein travail et à appréhender le lien unissant l’artiste et la matière se façonnant l’un l’autre», a ajouté Larbi Mohdeb, artiste et enseignant d’art plastique à l’Ecole des beaux-arts de Biskra. «Les sculptures les plus belles et représentatives de notre patrimoine culturel qui seront choisies par un comité pluridisciplinaire agrémenteront les allées du jardin du 5 Juillet 1962.

Ce workshop est une première. Par cette action, l’ABLV prouve qu’elle est vraiment soucieuse du devenir de notre jardin public et elle se positionne comme un partenaire fiable pour la préservation de l’environnement et le développement des espaces verts à Biskra», a souligné Yacine Khelifa, membre du conseil municipal de Biskra, chargé de la culture et des activités publiques.

El-Watan.com