«Le braconnage est un crime contre les animaux et la nature»

  • 2 mois il y a
  • 16 Vues
  • 0 0

Une seconde session de formation a été organisée, portant, entre autres, sur la protection des espèces animales en voie de disparition et sur les mesures de prévention des accidents de la chasse.

Visant à sensibiliser les chasseurs au respect du règlement et des lois régissant leur activité, la direction de la Conservation des forêts de Biskra organise du 25 au 27 septembre, à la maison de la culture Redha Houhou de Biskra, une seconde session de formation, en faveur de ceux-ci, portant sur le maniement des armes et les munitions autorisées, sur la protection des espèces animales en voie de disparition et sur les mesures de sécurité et de prévention des accidents de la chasse.

L’ouverture de cette manifestation, laquelle s’est déroulée dans une salle archicomble, a été présidée par Ahmed Kerroum, wali de Biskra, lequel s’est montré fort intéressé par le sujet.

«Les chasseurs légaux doivent être les partenaires des collectivités locales et des communes dont certaines souffrent de la multiplication des chiens errants pullulant dans les zones urbaines et des hordes de sangliers détruisant et saccageant les exploitations agricoles. Il est important de mener des actions cycliques, ponctuelles et organisées contre ces fléaux dont pâtissent de nombreux citoyens.

Organisez-vous et vous aurez le soutien total et indéfectible des autorités locales», a-t-il lancé à l’endroit des chasseurs. Profitant de l’occasion de sa rencontre avec le premier responsable de l’exécutif de la wilaya de Biskra, Saâdane Boucetta, président du bureau local de la Fédération algérienne des chasseurs, a exposé les difficultés, préoccupations et doléances des quelque 800 à 1000 chasseurs qu’il représente.

«Nous cherchons à nous conformer à la loi et à répondre favorablement aux demandes des autorités locales, mais notre activité récréative et aussi d’utilité publique pâtit de nombreux maux et déficiences. D’autres wilayas du pays délivrent des permis de chasse, mais à Biskra, il semble que ce sésame soit difficile à obtenir.

Le braconnage, qui est un crime contre les animaux et la nature, est en train de détruire irrémédiablement la diversité biologique et d’appauvrir la richesse faunistique de la région. A l’issue de cette formation, nous espérons avoir des attestations de qualification nous permettant d’obtenir des permis de chasse et de pratiquer notre passion et hobby dans les règles de l’art», a-t-il déclaré.

Ainsi, les chasseurs de Biskra sont prêts à mener des campagnes de lutte contre la propagation des chiens errants, comme le souhaite le wali de Biskra, a-t-on appris. Seulement, ils n’ont pas de local où ils pourraient se rencontrer et discuter de leurs problèmes et des moyens de les résoudre, ni d’autorisation pour acquérir des munitions aux normes et encore moins de permis de chasse.

Le wali a promis de les aider à aplanir toutes leurs difficultés, mais à condition qu’ils participent activement «à débarrasser les communes des chiens errants par la mise en place d’un plan concerté avec les institutions de sécurité de la wilaya dans le cadre des cours pratiques de cette session de formation», a-t-il souligné. Une proposition qui a été bien accueillie par les chasseurs, semble-t-il.

A noter qu’en parallèle aux cours théoriques et pratiques prévus pour les chasseurs, une exposition d’animaux empaillés et de tableaux synoptiques des mammifères et des oiseaux endémiques protégés est ouverte au grand public à la Maison de la culture de Biskra.

                   

L’article «Le braconnage est un crime contre les animaux et la nature» est apparu en premier sur El Watan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com