Malgré un partenariat stratégique noué en 2008 : «Les échanges algéro- sud-coréens en deçà des attentes»

  • 2 mois il y a
  • 16 Vues
  • 0 0

L’impulsion des échanges entre l’Algérie et la Corée du sud était au centre des préoccupations exprimées, hier, par les Premiers ministres des deux pays, à l’occasion de la tenue de la 5e session du forum d’affaires bilatéral. Ahmed Ouyahia, qui a noté «la présence modeste des entreprises sud-coréennes en Algérie», a ainsi exprimé le vœu de voir plus d’investissements sud-coréens en Algérie, notamment dans «les secteurs de l’électroménager et de l’industrie automobile».

Il a souligné que l’Algérie constitue pour les entreprises coréennes une «porte» vers l’Afrique, l’Union européenne et le monde arabe. Pour sa part, le Premier ministre sud-coréen, Lee Nak-yeon, a estimé qu’«il est temps de renforcer davantage les relations bilatérales».

Il a notamment indiqué que son pays «renforcerait ses échanges et sa coopération avec l’Algérie» sur la base du partenariat stratégique bilatéral signé en 2008. «Je suis le premier chef de gouvernement sud-coréen à effectuer une visite en Algérie, qui est le seul pays africain à entretenir un partenariat stratégique avec notre pays. Près de 12 années se sont écoulées depuis que les deux pays ont noué un partenariat stratégique, mais les échanges humains et économiques n’ont pas été suffisants pendant cette période», a encore affirmé le chef de l’Exécutif sud-coréen.

Celui-ci a ciblé dans son discours plusieurs secteurs pouvant faire l’objet de partenariats à l’avenir, dont notamment l’industrie manufacturière, les technologies de l’information et de la communication (TIC) et les énergies renouvelables (ENR). Il citera aussi les infrastructures industrielles, telles que les centrales thermiques, les raffineries et des unités de traitement d’eau et de déchets. Le Premier ministre sud-coréen a également souligné la conclusion entre les deux pays d’accords de coopération dans les domaines de l’environnement et des Douanes, évoquant en outre, la tenue d’une réunion de haut niveau autour de la coopération dans le domaine aérospatial.

Le Premier ministre sud-coréen a en outre jugé insuffisant le volume des échanges commerciaux entre son pays et l’Algérie – soit 2,3 milliards de dollars en 2017, dont 700 millions de dollars d’exportations algériennes et de 1,6 milliard de dollars d’exportations sud-coréennes. Il a fait remarquer que ce volume à peine doublé en 11 ans, ce qui est, selon lui, «en deçà des attentes», comme c’est le cas aussi du volume des investissements consentis.

Il estimera qu’il faut, de ce fait, des échanges plus soutenus entre les deux pays, soulignant que le gouvernement sud-coréen est déterminé à renforcer ses relations avec l’Algérie, en particulier dans les échanges humains et économiques. Il est à rappeler que le Premier ministre sud-coréen – accompagné d’une forte délégation d’hommes d’affaires – a entamé une visite de trois jours en Algérie dans le cadre du renforcement de la coopération entre l’Algérie et la Corée du Sud, liées par une déclaration de partenariat stratégique signée en 2006. Le Premier ministre sud-coréen a annoncé la tenue en 2019 de la réunion du comité mixte algéro-sud-coréen, dont la dernière rencontre remonte à 2007.

Hyundai et Global Group signent une joint-venture

En termes de partenariat, le constructeur automobile Hyundai Motor Company a signé, en marge du 5e forum d’affaires algéro-sud-coréen, un pacte d’association avec la société algérienne privée Global Group afin de produire des véhicules utilitaires – camions et bus – en Algérie.

Le pacte d’association a été signé par le PDG de Global Group, Hassen Arbaoui, et le représentant de Hyundai Motor Company, Donho Choi. Hyundai Truck and Bus Manufacturing Algeria va construire, dès 2020, une usine d’assemblage d’une capacité de production annuelle de 6500 véhicules, dans la ville de Batna. Selon l’agence de presse sud-coréenne, qui cite un communiqué du constructeur automobile sud-coréen, Hyundai Truck and Bus Manufacturing Algeria va construire une usine d’assemblage de nécessaire en pièces détachées (NED). «Hyundai fabriquera les kits NED de ses modèles, tels que les camionnettes Mighty et Xicent et les bus Solati et County, en Corée du Sud puis les exportera en Algérie pour être assemblés. Les moteurs et autres éléments essentiels des véhicules seront produits en Corée du Sud. L’entreprise conjointe se chargera elle de la vente et du service après-vente en Algérie.» Pour sa part, le secrétaire général de Global Group, Mohamed Tahar Boudiaf, a indiqué dans une déclaration à la presse, en marge du forum économique, que «la future usine entrera en activité vers la fin de l’année 2019» ajoutant que «le projet portera sur la construction de camions et de bus et non pas de montage, et qu’il est le premier du genre au niveau africain». Le pacte d’association porterait sur un investissement de plus de 100 millions de dollars.

Par ailleurs, cinq mémorandums d’entente ont été signés, hier à Alger, entre les deux pays dans les domaines de l’environnement, des douanes, de la mise en conformité et de l’accréditation, de l’investissement, des énergies renouvelables.

El-Watan.com