M’Chedallah (Bouira) : Marche et sit-in pour réclamer l’achèvement du projet d’un hôpital

  • 2 mois il y a
  • 12 Vues
  • 0 0
M’Chedallah (Bouira) : Marche et sit-in pour réclamer l’achèvement du projet d’un hôpital

Une cinquantaine de personne ont organisé, ce lundi matin, une marche au niveau de la commune M’Chedallah, à 40 km à l’est de Bouira, pour dénoncer le retard dans la réalisation de l’hôpital des 120 lits dans la même municipalité.

Les contestataires ont commencé leur marche depuis le site du chantier de l’hôpital sis à Vouaklane, au sud de M’Chedallah, jusqu’au siège de la daïra, où ils ont observé un sit-in.

Lors de la prise de la parole, les intervenants ont interpellé les pouvoirs publics à assumer leurs responsabilités. « Cet hôpital est l’affaire de tout le monde. Les pouvoirs publics doivent intervenir et enquêter pour désigner les vrais responsables derrière ce retard qui n’a que trop duré. Cela fait près de sept années que nous attendons l’achèvement des travaux de réalisation de cet établissement sanitaire, tant attendu par la population des six communes de la daïra de M’Chedallah. Si c’était le projet d’une prison, les travaux auraient été achevés dans leurs délais», dira l’un des meneurs du groupe des protestataires.

D’autres intervenants, ont imputé la responsabilité sur l’entreprise réalisatrice du projet. « Nous avions fait notre enquête. L’entreprise chargée du projet a empoché 70 milliards de centimes, alors que le résultat sur le terrain est décevant».

Contacté à ce sujet, le gérant de la société chargée du projet, nie toute accusation.  « Après l’obtention du marché de l’hôpital en juin 2014, nous étions confrontés à plusieurs problèmes. Nous sommes restés sans bureau d’étude pendant 2 ans et avec un manque de plans. Peu après notre démarrage, le projet  avait fait objet de gel. Notre entreprise a enregistré des pertes estimées 150 millions de DA », explique notre interlocuteur et d’ajouter que les travaux n’ont repris qu’en juillet de cette année, après le dégel du projet. « Nous nous sommes engagés à livrer le projet dans un délai de 15 mois et ce, à condition que les pouvoirs publics régularise à l’entreprise les situations impayées qui sont toujours en instances», dira-t-il.   

De leur côté, les contestataires comptent organiser une autre marche dans les prochains jours, au niveau du chef-lieu de la wilaya de Bouira.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com