Mila : Grève des travailleurs de l’ETUS

  • 2 semaines il y a
  • 11 Vues
  • 0 0

Les employés de l’entreprise publique de transport urbain et suburbain, ETUS, de Mila, ont débrayé, hier, en signe de protestation contre la non-discussion, par l’employeur, de la convention collective. Les concernés ont organisé un sit-in devant le siège de la wilaya et demandé au wali d’intervenir pour les rétablir dans leurs droits.

Les concernés, au nombre de 50, exigent, en effet, la modification de la convention collective, conformément à la réglementation. «La convention en question a expiré depuis juin passé, mais la direction de l’entreprise refuse toujours de la mettre à jour», selon le représentant des travailleurs. A ce propos, il affirme que de nombreux droits des employés sont bafoués.

«La mouture actuelle de la convention collective est désuète. Si on accepte de la modifier, on pourra, par exemple, adapter la grille des salaires aux exigences actuelles, nos salaires n’ont connu aucune augmentation depuis sept ans».

Les protestataires soulèvent, par ailleurs, des questions liées à la création d’arrêts de bus bien identifiés sur les circuits qu’ils desservent, ainsi que la restauration des bâtiments du parc de l’entreprise qui se trouvent, selon leur dires, dans un état physique alarmant en menaçant de décréter une grève illimitée si leurs doléances ne sont pas prises en considération dans les plus brefs délais.

Plus de 1 200 milliards accordés à la wilaya

La wilaya de Mila vient de bénéficier d’une importante enveloppe pour résoudre ses problèmes en matière de développement local. Le wali, Mohammed Amieur, a indiqué, ce mercredi, que le Fonds commun des collectivités locales [FCCL] a accordé, pour l’année 2019, d’importants crédits à la wilaya de Mila.

D’une valeur de 12,3 milliards de DA, cette enveloppe est destinée aux projets communaux de développement [PCD]. Au total, cinq secteurs d’activités vont bénéficier de ces crédits. Il s’agit de l’industrie et des mines, de l’hydraulique, des travaux publics, de l’urbanisme et de l’éducation.

Selon la répartition établie par la wilaya, le secteur de l’industrie a la part du lion, avec pas moins de 3,3 milliards de DA. A ce propos, le wali souligne que la majeure partie des fonds accordés à ce secteur ira aux projets de raccordement des ménages au réseau de gaz de ville. Le taux de couverture en cette matière, soulignons-le au passage, est de 65 % localement.

Le secteur des travaux publics est doté, quant à lui, d’une enveloppe de 2,2 milliards. «Ces crédits seront essentiellement voués à la réhabilitation du réseau routier très affecté par les glissements de terrain et les intempéries», indique le wali. Par ailleurs, le wali révèle que 1,4 milliard de dinars seront attribués à l’AEP, en précisant : «Les difficultés liées aux déficits d’approvisionnement en eau de robinet au niveau des 16 communes du nord montagneux de la wilaya seront aplanies à la faveur de ce programme qui verra la création de nouveaux forages hydriques et la réhabilitation des réseaux et des stations de pompage.»

En plus bref, le reste des crédits est réparti comme suit : le secteur de l’éducation [1,3 milliard de DA], l’assainissement [2,2 milliards de DA] et l’aménagement urbain [1,3 milliard de DA]. Le wali note, au passage, que c’est la première fois que la région est dotée d’aussi importants crédits dans le cadre du FCCL.

El-Watan.com