Modernisation de la capitale : Une démarche qui s’inscrit dans le cadre du nouvel agenda urbain pour 2030

  • 2 mois il y a
  • 19 Vues
  • 0 0
Modernisation de la capitale : Une démarche qui s’inscrit dans le cadre du nouvel agenda urbain pour 2030

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a affirmé, à Alger, que l’importance accordée par le gouvernement à la modernisation de la capitale intervient en concrétisation du Plan de développement urbain durable des villes algériennes inscrit dans le cadre du nouvel agenda pour 2030.

Intervenant à l’ouverture d’une journée d’étude, à l’hôtel Sofitel, réunissant des spécialistes des Ateliers français Jean-Nouvel, et des experts algériens autour du Plan stratégique de développement de la capitale, M. Temmar a souligné que «l’intérêt particulier porté par le gouvernement au réaménagement et à la modernisation d’Alger était une concrétisation de la méthode adoptée par les pouvoirs publics, consistant à mettre sur pied une stratégie claire étayée d’outils de planification et de gestion homogènes et complémentaires, dans le but de réaliser un développement urbain durable des villes algériennes».

Le ministre a rappelé, à cet égard, que le développement urbain durable s’inscrit dans le cadre du nouvel agenda pour 2030, adopté lors de la conférence Habitat III, tenue en 2016 à Quito (Equateur), lequel agenda, précise le ministre, met l’accent sur l’adaptation du cadre législatif et institutionnel pour des villes ouvertes à tous, sûres, et résilientes.

Permettre à Alger de jouer son rôle et la promouvoir au rang des capitales mondiales passe par «la prise en charge» des difficultés auxquelles elle fait face, a précisé M. Temmar, pour qui tout doit commencer par «la protection contre les catastrophes naturelles et technologiques, la promotion du transport urbain, l’élimination de l’habitat précaire et la maîtrise de l’extension urbaine».

Plus précis, le ministre a expliqué que le plan du gouvernement ambitionnait de «construire des villes avec une répartition équitable des habitants, améliorer les conditions sécuritaires, notamment en matière de prévention contre les risques naturels». M. Temmar a rappelé que son département plaçait la question de la modernisation des villes parmi «ses priorités», car étant une nécessité «pour protéger contre les catastrophes à travers la politique de prévention, en procédant à la mise en place progressive du Plan directeur de résilience urbaine (PDRU) à travers toutes les wilayas».

Concernant la rencontre initiée par la wilaya d’Alger avec la présidente de la région Île-de France, Valérie Pécresse, et la délégation l’accompagnant, M. Temmar s’est félicité de cette initiative qui s’inscrit dans le cadre de «l’adaptation aux technologies de pointe et numériques nécessaires pour une vision coordonnée entre les différents secteurs pour passer de l’approche classique à l’approche moderne».

Intervenant à cette occasion, le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, a indiqué que La Casbah d’Alger constituait un patrimoine important de par le monde, eu égard à «son lien historique et ses valeurs ancrées chez les Algériens», exprimant dans ce sens son soutien à l’initiative du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, en faisant appel à l’expérience de l’architecte de renommée internationale Jean Nouvel, pour restituer son lustre à La Casbah. «La préservation de l’aspect patrimonial de La Casbah est une question primordiale sur laquelle il faut travailler conformément aux normes internationales», a-t-il dit.

En 2016, le gouvernement avait décidé de confier aux services de la wilaya d’Alger la gestion du dossier de l’aménagement de La Casbah, initialement sous tutelle du ministère de la Culture, vu les difficultés rencontrées à ce sujet, notamment le réseau d’assainissement et l’aménagement. En sa qualité de partenaire exécutif de la région île-de-France et ayant supervisé plusieurs projets modernes, le dernier étant le Musée du Louvre à Abou Dhabi, l’architecte Jean Nouvel a assisté à cette journée d’étude et écouté les interventions des experts.

Il a salué à ce propos «les efforts consentis» à Alger en général et à La Casbah en particulier, des efforts, a-t-il dit, qui exigent de lui en tant qu’architecte de travailler avec ce qu’il a qualifié de «caractéristiques géographiques et naturelles» que recèle la capitale afin de faire sa proposition à ce sujet. Une convention tripartite a été signée, dimanche à Alger, par la wilaya d’Alger, la région Île-de-France et les ateliers Jean-Nouvel, en vue de revitaliser la Vieille-Casbah au plan patrimonial, urbanistique, culturel et touristique, a-t-on rappelé.

El-Watan.com