Moins de 20 jours après leur mise en détention : Les cinq généraux-majors libérés

  • 1 mois il y a
  • 21 Vues
  • 1 0
Moins de 20 jours après leur mise en détention : Les cinq généraux-majors libérés

La décision est tombée comme un couperet. Les cinq généraux-majors, dont trois chefs de Région, Lahbib Chentouf (1re RM) Abderrazak Cherif (4e RM), Saïd Bey (2e RM) ainsi que Menad Nouba, ex-commandant de la Gendarmerie nationale, Boudjemaa Boudouaouer, directeur central des finances et président de la commission des marchés au ministère de la Défense nationale, et un colonel, responsable régional à la direction de la sécurité de l’armée, mis en détention à la mi-octobre dernier par le tribunal militaire de Blida, ont retrouvé, hier après-midi, leur liberté. Ils ont quitté la prison militaire de Blida. Informées par leurs avocats, leurs familles ne s’attendaient pas à une telle décision qui  en a surpris plus d’un.

Poursuivis pour, entre autres, «enrichissement illicite», «trafic d’influence» et «non-respect des consignes militaires», les officiers supérieurs avaient fait l’objet d’une mise sous mandat de dépôt après une audition de quelques heures seulement, par le juge d’instruction près le tribunal militaire de Blida, et leurs demandes de remise en liberté avaient essuyé un refus auprès de la chambre d’accusation. Aucune information n’a été donnée sur les raisons qui ont poussé le juge d’instruction à revenir sur sa décision, mais des sources concordantes évoquent «une intervention de la Présidence» que certains des prévenus avaient saisie il y a quelques jours.

La décision d’incarcérer les cinq généraux-majors, après leur avoir interdit de quitter le territoire national et procédé à des perquisitions de leurs domiciles, a été prise par le vice-ministre de la Défense nationale, qui reste le seul habilité, après le ministre de la Défense (qui est le Président) à déposer plainte contre des officiers supérieurs. Il ne peut donc se déjuger moins de trois semaines après. Est-ce réellement la Présidence qui a pris la décision d’élargir les mis en cause ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com