Naila Chaker : Une jeune chef d’entreprise qui vise loin

  • 4 jours il y a
  • 10 Vues
  • 0 0
Naila Chaker : Une jeune chef d’entreprise qui vise loin

C’est au siège de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF) que nous avons rencontré Naila Chaker, une jeune femme d’affaires, qui a réussi, trois ans après le lancement de son entreprise, à décrocher le prix du concours national pour le financement d’un projet entrepreneurial, ciblant des jeunes femmes algériennes de plus de 18 ans, lancé par le Club femmes chefs d’entreprise de la CCIAF lancé en décembre 2017.

A 26 ans, Naila Chaker se lance dans les affaires. Titulaire d’un doctorat en sciences vétérinaires, décroché avec brio en 2013, et armée d’une grande volonté, notre jeune Constantinoise porteuse du projet «Caffy», spécialisé dans la production fromagère, réussit, deux ans après avoir quitté les bancs de l’université, à créer sa propre entreprise Nanilait, en association avec son fiancé Walid Bouzid.

Elle a choisi un domaine en lien étroit avec sa spécialité. C’est dans un segment à fort potentiel que Naila mène, depuis 2015, l’aventure de l’entrepreneuriat sans être passée au préalable par les dispositifs d’aide à la création d’emploi. C’est en effet sur fonds propres que le couple a créé l’unité de production du formage Gouda. «Le choix de la fabrication de fromages à pâte pressée s’est imposé, suite à une étude de marché qui a ciblé les habitudes de consommation des Algériens qui sont très demandeurs de ce type de fromage», explique Neila qui, avant de lancer son projet, a exercé comme vétérinaire.

Ce qui lui a permis d’approfondir ses connaissances dans ce vaste domaine. «J’ai eu la chance de faire des suivis d’élevage de bovins laitiers», se satisfait Neila d’apparence timide, mais qui cache une grande détermination. «Je me suis toujours intéressée à l’élevage et à la production laitière. Je voyais qu’il y a du potentiel, j’ai cherché ma voie et je me suis très vite investie en suivant des formations en Algérie et aux Pays-Bas.

J’ai mis en pratique toutes mes connaissances acquises auprès des meilleurs fromagers hollandais», confiera cette jeune femme d’affaires pour retracer son parcours. Un parcours qui l’a conduit aujourd’hui à mettre sur le marché un formage «d’excellente qualité», comme le témoignera Odile Bennai, représentante du Club des femmes entrepreneurs de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF).

Ce que soutiendra également le nouveau président de la chambre, Michel Bisac. Lequel a affiché son engagement à appuyer le développement de Nanilait. Une entreprise qui emploie aujourd’hui cinq personnes et qui envisage de doubler son effectif en 2019. Et ce, à la faveur des changements prévus pour l’augmentation des capacités de production.

Pour notre jeune femme d’affaires, maintenant que le processus de production est maîtrisé avec une méthode fabrication hollandaise misant sur la qualité et une sélection minutieuse du lait et de tous les ingrédients, «il est temps de passer à une autre étape. Augmenter la quantité afin de satisfaire la demande croissante, développer, élargir notre gamme et conquérir de nouvelles parts de marché», répondra Naila résolue à réaliser ces objectifs.

Car, faut-il le rappeler, le produit se vend actuellement uniquement à Constantine avec une production de 300 litres/jour. Un chiffre qui va passer à 1000/jour voir plus. Ce qui permettra de répondre à une forte demande à l’échelle nationale, notamment après l’interdiction d’importations de ces produits. Mais, comment financer un tel projet ?

Prix

Justement, Naila a décroché le premier prix du Club femmes chefs d’entreprise de la CCIAF, qui a lancé en décembre 2017 son premier Programme de soutien à l’entrepreneuriat féminin. Notre vétérinaire a été retenue parmi 269 candidates de 32 wilayas du pays portant sur 33 différents secteurs d’activités. Le groupe de travail chargé de la sélection et du suivi a gardé initialement 20 candidatures qui répondent au mieux aux critères et conditions de l’appel à projets. Ce chiffre a été par la suite divisé par deux.

Au final, le prix est revenu à Naila Chaker pour son projet de production de fromage (Nalilait). «La lauréate a été choisie au terme d’un long parcours de compétition», rappellera à ce sujet Odile Bennai. Un grand succès pour Naila. Le problème du financement des nouveaux équipements est enfin réglé. A la faveur de cette réussite, l’initiatrice du projet Nalilait a bénéficié d’une campagne de sponsoring organisée spécialement pour l’accompagner entièrement dans le financement de son projet.

Ainsi, grâce à sa participation à ce concours,  la première responsable de Nanilait a réussi à trouver les financements nécessaires pour l’agrandissement de son entreprise pour un montant de 7 millions de dinars. Des entreprises citoyennes ont contribué financièrement et soutenu le projet, à l’image de Faderco, Sanofi Algérie, BNP Paribas El Djazair et Alliance Assurances.

Ce qui permettra à la lauréate, âgée aujourd’hui de 29 ans, d’entamer, parallèlement à une nouvelle étape dans sa vie (elle se marie prochainement), la deuxième phase de son projet avec encore plus de volonté pour résister d’abord et réussir dans un mode pas toujours facile. Elle ne manquera pas de souligner : «En tant que chef d’entreprise, on a toujours des difficultés.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com