Offre de Bouteflika défendue par Noureddine Bedoui : Le référendum de la rue tranche pour son rejet

  • 7 jours il y a
  • 37 Vues
  • 0 0
Offre de Bouteflika défendue par Noureddine Bedoui : Le référendum de la rue tranche pour son rejet

Disqualification ! La feuille de route proposée, lundi dernier, en vue de préparer la transition est rejetée. Le personnel politique désigné pour sa mise en œuvre aussi. C’est le résultat du «référendum» de la rue qui a eu lieu, hier, à Alger et partout dans le pays.

Des millions d’Algériens ont, en effet, investi à nouveau la rue pour bien expliciter leur message aux tenants du régime qui font semblant de ne pas l’avoir compris. «Qolna terahlou, ya3ni terahlou !» (Nous avons dit partez, cela signifie dégagez !), précisent les manifestants qui se sont mobilisés, en nombre impressionnant, à l’occasion de «cette marche du départ».

Pour ce quatrième vendredi de mobilisation, les Algériens ont adapté leurs slogans pour répondre à la «ruse» du pouvoir. «Nous avons dit pas d’élection avec Bouteflika, on nous propose Bouteflika sans les élections», lit-on sur pancarte brandie par des jeunes au niveau de la place Audin.

Les protestataires n’ont rien laissé au hasard. Tous les slogans semblent être bien étudiés pour répondre, point par point, aux propositions soumises et défendues par le Premier ministre, Noureddine Bedoui et son adjoint, Ramtane Lamamra. «On veut une transition sans vous !», lancent-ils, exigeant le départ de tout le système. «Système dégage !», scandaient-ils en chœur. «On ne veut pas d’une mise à jour du système, mais de son formatage», ont-ils aussi écrit sur des affiches brandies pour dire, sans détour, non au recyclage du personnel politique du système.

En effet, le Premier ministre, le vice-Premier ministre, Ramtane Lamamra et le diplomate, Lakhdar Brahimi, font, pour la première fois, leur entrée dans l’espace des représentants du pouvoir rejetés par le peuple. «Ni Bedoui, ni Saïd, la transition sera sans vous» et «On ne construit pas une maison neuve avec du bois usé», peut-on lire aussi sur de nombreuses pancartes hissées par les manifestants. «Là où il se présente, c’est le chaos», ajoutent d’autres manifestants, en brandissant une pancarte portant la photo de Lakhdar Brahimi.

Les manifestants n’ont pas manqué aussi de dénoncer la prorogation du 4e mandat du chef de l’Etat. «La temdid, La temdid, Errahil Errahil» (Pas de prolongement du 4e mandat, partez maintenant), indique aussi une autre pancarte. S’adressant toujours au chef de l’Etat sortant, la foule lui signifie aussi qu’il «ne restera une minute de plus».

Afin de couper court à toutes les spéculations concernant l’avenir du pays, d’autres manifestants ont transcrit sur une banderole un message lourd de sens :

«L’Algérie sera mieux sans les responsables du système.» D’autres affiches indiquent aussi que «la IIe République est en téléchargement qui a atteint déjà 70%».

Ainsi, le peuple vient de délivrer le message que l’on adresse souvent aux politiques arrogants qui ne savent pas que, comme l’ascension, la chute peut être brutale : «La roche Tarpéienne est proche du Capitole.»

El-Watan.com