Parkings et aires de stationnement : Des projets qui accusent du retard

  • 1 semaine il y a
  • 16 Vues
  • 0 0
Parkings et aires de stationnement : Des projets qui accusent du retard

Les projets de réalisation de parkings dans la capitale accusent du retard. Le glissement dans les délais de réalisation dépasse pour certaines structures 10 ans. Cette situation s’est répercutée négativement sur l’organisation de l’espace urbain.

En somme, la ville étouffe sous l’effet d’une congestion routière démentielle. Les places de parkings sont devenues tellement rares dans les espaces et aires de stationnement gérées par l’EGCTU, que les gardiens des parkings anarchiques ont refait surface dans plusieurs quartiers de la capitale. Les exemples qui illustrent cette situation ne manquent pas.

A Bir Mourad Raïs, le taux d’avancement des travaux de réalisation d’un parking à étages au niveau de la station de transport urbain ne dépasse pas les 32%. Les responsables chargés de la réalisation de cette structure avancent, en guise d’explication pour le retard accumulé, la qualité du sol où est implanté le projet. Cette situation contraignante a obligé l’entreprise réalisatrice à adopter une démarche qui consiste à renforcer le site par des supports en béton armé.

Cependant, cela repose la question des études qui doivent se faire préalablement et qui déterminent de manière précise les contraintes et les difficultés qui doivent être incluses dans la réalisation du projet. S’ajoute à cela le manque de coordination entre l’entreprise réalisatrice et Sonelgaz pour la déviation du tracé des câbles électriques, qui a pris énormément de temps.

A Hydra, le taux d’avancement des travaux du parking de Sidi Yahia n’a pas dépassé 48%, en raison de problèmes techniques et des logements situés à proximité du projet. La structure, qui compte 13 étages, pourrait régler le problème du stationnement dans toute la localité, car elle a une capacité de 700 véhicules, avec 30 places de stationnement réservées aux personnes aux besoins spécifiques. Des parkings, dont le taux d’avancement des travaux a atteint 70 et 80%, vont être réceptionnés avant la fin de l’année en cours, mais après un retard pénalisant.

A l’image du parking d’El Madania (avenue des Frères Bouadou), d’une capacité de 612 véhicules, dont la réception est prévue en juillet 2019 et dont le taux d’avancement a atteint 75%. Le parking de Kouba, dont la réception est prévue en août 2019, a atteint 80%. Pour combler le manque de parkings dans la capitale, les services de la wilaya ont lancé trois grands projets pour la réalisation de nouveaux mégaparkings à Bab Ezzouar, Aïn Naâdja et El Mohammadia.

Ces mégastructures, d’une capacité de plus de 5000 véhicules, viendront s’ajouter aux parkings en cours de réalisation. En dépit de tous ces projets, la capitale enregistre un déficit flagrant en matière de parkings. Cette situation est due en grande partie à l’augmentation du nombre de voitures qui circulent dans la capitale. 

El-Watan.com