Pas d’importation d’essence à partir du second semestre 2019 : La raffinerie de Sidi R’cine en marche

  • 4 semaines il y a
  • 16 Vues
  • 0 0
Pas d’importation d’essence à partir du second semestre 2019 : La raffinerie de Sidi R’cine en marche

Après dix longues années d’arrêt pour cause de travaux, la raffinerie de Sidi R’cine à Alger a été inaugurée jeudi dernier. Pour un coût d’investissement de 1,5 milliard de dollars, la raffinerie d’Alger, complètement retapée par le groupe chinois China Petroleum Engineering and Construction CPECC, permettra de renforcer grandement les capacités de raffinage de Sonatrach et diminuera fortement, ou annulera même, selon les responsables de la compagnie, la facture d’importation de carburant.

La capacité de production de carburant passera ainsi de 3,6 millions de tonnes à 5,4 millions de tonnes par an. Avant le groupe chinois, le projet de réhabilitation de la raffinerie de Baraki avait été confié au français Technip FMC en 2010, mais Sonatrach avait fini par résilier en juin 2015 son contrat avec cet opérateur pour cause de non-respect des engagements.

Le chinois CPECC s’est vu confier, en 2016, le contrat de réhabilitation pour un montant de 45 milliards de dinars. «La raffinerie de Sidi R’cine constitue un énorme acquis pour l’Algérie qui ne recourra plus à l’importation de produits raffinés, mais pourra par contre en exporter à partir de 2021», a souligné Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG de la compagnie Sonatrach.

Et d’ajouter : «Nous avons mis beaucoup de temps pour relever le défi de réaliser ce projet. Cependant nous avons appris beaucoup de choses en termes de respect des délais de réalisation, de coût et de qualité.» Le vice-président de l’activité commercialisation, Ahmed Mazighi, affirme que grâce à cette raffinerie, le déficit en essence, estimé à 1,4 million de tonnes, sera complètement résorbé à partir du deuxième semestre 2019.

«L’Algérie n’importera plus d’essence à partir du second semestre 2019», a soutenu le même responsable en notant qu’à partir de cette échéance, l’outil de production sera adapté aux normes de consommation européenne appelé Euro V, ainsi qu’aux normes de sécurité industrielle et environnementale.

Il est utile de souligner que la réhabilitation de la raffinerie de Sidi R’cine fait partie d’un programme de réhabilitation des raffineries du Nord (Alger, Arzew, Skikda) lancé depuis 2008.

Ce programme vise à renforcer, à la fois, les capacités des vieilles raffineries, mais aussi à en réaliser de nouvelles afin de mieux répondre aux besoins de la consommation nationale et d’ouvrir la voie à l’exportation de carburant. Le projet de réhabilitation des raffineries du Nord cible la fiabilisation des capacités existantes et l’augmentation de la capacité de traitement primaire de plus de 3,8 millions de tonnes par an entre 2012 et 2019.

Les raffineries réhabilitées seront dotées de moyens adéquats pour hisser la part de production du carburant (essence et gasoil) par rapport aux produits dérivés primaires, comme le fuel et le naphta.

Outre ces projets de réhabilitation, le programme vise aussi la réalisation de deux nouvelles raffineries à Hassi Messaoud (Ouargla) et à Tiaret.

L’ouverture des plis pour le projet de Hassi Messaoud se fera d’ailleurs bientôt, affirme Ould Kaddour. Pour rappel, Sonatrach avait fait l’acquisition en 2018 d’une raffinerie en Italie. Première acquisition du genre pour la compagnie, la raffinerie Augusta a entamé jeudi les travaux de maintenance pour une durée maximale de 45 jours, rapporte l’agence Reuters. La raffinerie Augusta avait été rachetée par Sonatrach auprès de la compagnie Exxon Mobil Corp.

Interrogé par la presse sur un autre sujet lié aux changements opérés au sein de la compagnie nationale ces derniers jours, notamment la mise à l’écart de certains hauts cadres, Ould Kaddour a indiqué que cela s’inscrivait «dans le cadre du rajeunissement des effectifs du groupe». Le PDG de Sonatrach a déploré «l’interprétation négative que certains médias ont donné à ces changements, notant qu’il s’agissait de spéculations qui n’ont aucun sens».

El-Watan.com