Professeur Benbertal Djamel. Recteur de l’université de Laghouat : La faculté de médecine de Laghouat est parmi les meilleures d’Algérie

  • 1 mois il y a
  • 11 Vues
  • 0 0
Professeur Benbertal Djamel. Recteur de l’université de Laghouat : La faculté de médecine de Laghouat est parmi les meilleures d’Algérie

La faculté de médecine de Laghouat, qui a ouvert ses portes en 2014/2015, enregistre une amélioration considérable. Le nombre d’étudiants et l’encadrement augmente chaque année… Y a t-il des chiffres précis ?

L’encadrement pédagogique de la faculté de médecine de Laghouat vient d’être renforcé au titre de la saison universitaire 2018/2019 par 17 nouveaux maîtres-assistants hospitalo-universitaires. Ce renfort vient consolider un effectif global de 80 enseignants assurant les différents modules de la faculté, qui est dotée d’équipements et moyens pédagogiques des plus performants. Par ailleurs, 101 nouveaux inscrits ont rejoint cette saison la faculté de médecine portant, ainsi, ses effectifs à 425 étudiants.

La rentrée universitaire de cette année 2018-2019 a été caractérisée par des mouvements de protestation, organisés par les étudiants de cette faculté, qui ont soulevé plusieurs revendications dont le refus des transferts, le manque d’encadrement pédagogique, le problème des étudiants de quatrième année qui ne savent pas où faire leur stage pratique, vu l’absence d’un hôpital en mesure d’assurer leur formation… Votre commentaire sur ces doléances ?

Non ! La faculté de médecine de Laghouat était parmi les premières facultés de médecine qui ont commencé les études, et ce, dans des meilleurs conditions puisque les études médicales s’inscrivent dans ce qu’on appelle le système classique. Et comme vous le savez , le rattrapage dans ce système se fait en septembre, de ce fait, les études ont commencé tôt. Effectivement, certains étudiants ont évoqué le problème des transferts vers d’autres facultés, mais ceux-ci ne représente que 3,47% du total des étudiants inscrits en médecine.

Il s’agit de10 étudiants de Ghardaïa, 5 de Djelfa et un d’El Bayadh. En parallèle, on a reçu 7 nouveaux étudiants venus d’autres facultés (une étudiante de 3e année venue de Sétif, un autre de Blida et 5 venus de Béchar). Il n’y a pas de manque en matière d’encadrement pédagogique. Notons que les trois premières années sont assurées par des enseignants universitaires de différentes spécialités (biologie, chimie…) alors que les dernières années sont assurées par des enseignants hospitalo-universitaires.

Je profite de cette occasion pour mettre fin aux rumeurs circulant parmi les étudiants, et ce, depuis l’ouverture de cette faculté, indiquant que les études médicales à Laghouat sont périodiques, c’est-à-dire que les étudiants commencent de la première année jusqu’à la quatrième année, puis ils sont transférés systématiquement vers d’autres facultés ! Cela est complètement faux, car,la faculté de médecine de Laghouat a été créée par décret présidentiel. La décision prise sur base de la disponibilité des infrastructures sanitaires publiques qui comprendraient 24 services médicaux, donc,son ouverture a été faite selon toutes les conditions convenables et propices.

Quelles sont les solutions appropriées prises par l’administration de l’université pour faire face à ces problèmes ?

Il convient de rappeler que l’Etat n’était pas avare envers les wilayas du Sud. Le président de la République avait pris une décision courageuse pour l’ouverture de facultés de médecine dans le sud du pays, dont celle de Laghouat qui est un acquis qu’on doit protéger et exploiter. La formation médicale dans cette faculté se fait selon les normes scientifiques connues dans ce cadre. En effet, notre faculté de médecine est la seule qui introduit l’enseignement de la langue étrangère (français) ce qui permet aux étudiants de suivre avec aisance leurs modules et d’obtenir ainsi de bons résultats pédagogiques.

Pour les terrains de stage, 65% des étudiants peuvent faire leur stage pratique dans les différentes structures sanitaires de Laghouat. Notons que dès l’ouverture de la faculté, nous avons signé des conventions avec les universités d’Alger et de Blida pour un travail de collaboration. Dès cette année, les étudiants vont y faire certains stages indisponibles à Laghouat. Afin d’attirer les médecins hospitalo-universitaires et de leur offrir le meilleur climat et des conditions de travail, 26 logements de haut standing ont été attribués dans ce cadre, et ce, de manière immédiate et sans étudier leurs dossiers, mais cela reste insuffisant, vu le nombre d’enseignants qui augmente chaque année. Alors, par le biais de votre journal, je lance un appel au wali de Laghouat afin de nous inscrire d’autres quotas de logements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com