Recenser et réécrire le legs patrimonial

  • 2 semaines il y a
  • 14 Vues
  • 0 0

Parmi les communications ayant étrenné le colloque international portant sur les pratiques traditionnelles et le tourisme culturel durable figure – présentée par Farida Sellal, présidente de l’association Sauver l’imzad – celle donnée par le Dr Mohamed Boutalbi et le professeur Iman Nefil. Elle est intitulée «Réflexion autour des jeux traditionnels dans la société algérienne contemporaine».

Dans sa conférence de haute tenue devant un aréopage constitué d’experts et chercheurs internationaux, le Dr Boutalbi mettra l’emphase sur le regard du dedans par celui exogène en soulignant : «Cette réflexion est motivée par une approche essayant de comprendre et d’analyser les composantes de notre identité nationale. Et ce, en effectuant des recoupements, les recenser et les réécrire.

Pour définir les particularismes algériens. La diversité, le relief, la différence entre le milieu urbain et rural et voire épars. Il s’agit de collecter ce corpus traditionnel…» A titre indicatif, le Dr Boutalbi citera l’œuvre du grand écrivain Mouloud Feraoun, Le Fils du pauvre, en lisant un extrait relatif à la passion onirique et ludique du jeune Feraoun. Le bonheur très attendu de la récréation, le moment du couscous pour se sustenter. Le jeu candide des billes, toupies, pistolets en bois, les osselets, les flûtes au gré des saisons.

Le Pr Pierre Parlebas animera une communication sur «Les identités culturelles et universaux des jeux traditionnels». Il opposera les jeux dits cognitifs et moteurs dans l’environnement immédiat, historique et sociologique.

Ainsi que les jeux conviviaux, notamment de rue tels que la balle assise, le palet, Les fléchettes, ceux de kermesse et vidéos. Il insistera sur le caractère ludique, les humeurs et les valeurs qui sont propres à une région, la ritualisation de la solidarité séculaire, la grammaire et le champs lexical du jeu situé dans l’espace et le temps. Pour le Pr Parlebas, c’est une vitrine colorée de chaque région. Car ce sont les racines du terroir, du patrimoine.                   

El-Watan.com