Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement

  • 1 mois il y a
  • 12 Vues
  • 0 0

Le remaniement ministériel, proposé par le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a obtenu la confiance de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) malgré le boycottage de l’Assemblée générale par les députés de Nidaa Tounes.

Ce n’est que tard dans la soirée du lundi 12 Novembre 2018 que l’ARP est passée au vote de confiance pour les 13 ministres et 05 Secrétaires d’Etat, proposés par Youssef Chahed pour renforcer son gouvernement, pour le restant de son mandat. 103 députés se sont succédé à la parole durant la journée. L’Assemblée générale a été boycottée par le bloc parlementaire du parti NidaaTounes, opposé au remaniement.

Les ministres et Secrétaires d’Etat, proposés par Youssef Chahed, ont recueilli un nombre de voix, variable entre 125, pour Radhouane Ayara, le ministre chargé de l’émigration auprès du Chef du Gouvernement, et 132, pour Hichem Ben Ahmed, le nouveau ministre du Transport. Seul Ahmed Gaâloul, le Secrétaire d’Etat aux Sports n’a recueilli que 115 voix. Le controversé René Trabelsi, nouveau ministre du Tourisme, a recueilli 127 voix. 109 voix sont nécessaires pour l’obtention de la confiance.

Lors du comptage de présence, précédant le vote, Il y avait 160 députés présents sur les 217 que compte l’ARP. Toutefois, lors de l’opération d’octroi de la confiance, certains députés n’ont pas participé. Le nombre de votants a oscillé entre 146, pour Ahmed Gaâloul et 157 pour la ministre de la Formation professionnelle, Saida Lounissi.

Les islamistes d’Ennahdha (68 députés), la coalition nationale (40 députés) et Machrouaa Tounes (14 députés) ont été les principales formations politiques qui ont soutenu le remaniement depuis son lancement. Quelques indépendants et des députés du bloc de l’allégeance à la patrie ont également accordé la confiance aux nouveaux membres du gouvernement Chahed. Par contre, la formation du Front populaire conduite par le leader historique de la gauche, Hamma Hammami, s’est opposée au remaniement, tout comme les sept députés proches de l’ancien Président Moncef Marzouki.

L’appel au boycottage, lancé par l’aile de Nidaa Tounes, conduite par Hafedh Caid Essebsi, n’a pas été très ressenti. Il y avait, sous l’hémicycle de l’ARP, 160 députés, soit une trentaine de moins que lors des anciens votes de confiance, pour les gouvernements de l’actuelle législature commençant en Novembre 2014, les deux de HabibEssid et les deux précédents de Youssef Chahed. Toutefois, et au-delà de la confiance obtenue, ce boycottage montre que la crise politique continue de plus belle en Tunisie.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com