Secteur de l’hydraulique à Boumerdès : Plusieurs projets en souffrance

  • 4 semaines il y a
  • 12 Vues
  • 0 0
Secteur de l’hydraulique à Boumerdès : Plusieurs projets en souffrance

En dépit des sommes colossales mobilisées par l’Etat, des milliers de foyers de la wilaya de Boumerdès font face aux problèmes d’AEP et du manque de réseaux d’assainissement.

De nombreux agriculteurs de la région se plaignent des retards enregistrés pour rénover les conduites d’irrigation des trois barrages d’eau de la wilaya et la réalisation des retenues collinaires promises depuis plusieurs années. En 2018, la direction de l’hydraulique a bénéficié de 90 milliards de centimes en vue d’améliorer l’alimentation en eau potable des régions affectées par la pénurie.

Ce programme englobe 30 projets, dont la plupart sont inscrits au profit des localités de l’est de la wilaya. Malheureusement, un seul projet a été réalisé. Les responsables du secteur semblent plongés dans un sommeil très profond. Une situation inexplicable, qui semble irriter même le wali. Dans un écrit officiel daté du 24 janvier dernier, ce responsable dit avoir «constaté un laxisme très prononcé» de la part du directeur des ressources en eau quant à l’exécution de ce programme.

Il a souligné que 29 projets demeurent en souffrance, soit au niveau de l’engagement des marchés et des contrats, soit au niveau de l’évaluation des offres. Devant cette situation, au demeurant fort préjudiciable pour le développement du secteur, le wali demande de prendre «toutes les mesures nécessaires visant à redynamiser les chantiers engagés et l’entame des projets non lancés». Mais cela ne sera pas pour bientôt. Selon nos sources, le directeur de l’hydraulique est en congé depuis le 2 janvier dernier. «Tout est bloqué.

De nombreuses entreprises attendent d’être payées. Notre directeur est très appuyé au niveau du ministère, sinon il aurait été éjecté bien avant. On a des opérations qui sont bloquées depuis plus de cinq ans», dira un cadre du secteur, citant les projets portant protection contre les inondations des villes de Bordj Menaïel, Boudouaou, Si Mustapha, Sidi Daoud, Issers, Ouled Moussa, Khemis El Khechna, etc. Outre ce problème, 95% des réseaux d’AEP de la wilaya sont vétustes, ce qui augmente le taux de déperdition de l’eau qui avoisine les 40% de la ressource mobilisée.

Par ailleurs, plusieurs localités, à l’instar d’Afir et de Timezrit ne sont pas alimentées suffisamment en eau potable à cause des retards pris pour la réalisation des stations de pompage et de refoulement. En dépit de plusieurs rappels à l’ordre, dont celui notifié en 2015 par l’ex-wali, Kamel Abbas, aucune évolution notable n’a été constatée dans le secteur.

El-Watan.com