Sétif : Grave Accident de la route 1 mort et 19 blessés à Beni Ouartilane

  • 1 mois il y a
  • 22 Vues
  • 0 0

Béni Ouartilane, chef-lieu de daïra situé à 80 km au nord de Sétif, a été ébranlé hier matin par un gravissime accident de la circulation, lequel a fait une victime — une jeune fille de 14 ans — et 23 blessés dont 19 élèves du moyen et du secondaire qui s’apprêtaient à rejoindre les bancs de leurs établissements respectifs.

Soulignons que l’accident s’est produit à 7h15 du matin quand un bus a dérapé et s’est renversé dans un point du chemin de wilaya N°4 reliant le village Aggamoun à Beni Ouartilane, meurtri par l’affligeante nouvelle. Gravement blessée, la victime devait succomber, nous dit-on, sur le lieu du drame.

Les autres victimes ont été transférées vers l’hôpital du chef-lieu de la daïra. Parmi les blessés, on ne signale que le cas plus ou moins grave d’une autre jeune fille présentant diverses blessures. Apprenant la douloureuse et triste nouvelle, le wali de Sétif, Nacer Maskri, a suspendu sur-le-champ la visite de la méga-zone industrielle de Lahlatma pour mettre le cap sur Beni Ouartilane pour y présenter ses condoléances à la famille de la victime et avoir une idée précise sur les circonstances de ce énième drame de la route. Attristé par la terrible nouvelle, le chef de l’exécutif a tenu à s’exprimer : «En tant que père de famille et premier responsable de la wilaya, je suis bouleversé par la triste nouvelle.

Au nom de toute la population de la wilaya de Sétif, je présente mes sincères condoléances à la famille de la jeune victime, notre enfant. Je souhaite un prompt rétablissement aux blessés.» Et comme un malheur n’arrive jamais seul, un autre accident s’est produit dans la région, et ce, à quelques encablures du premier drame. Ainsi, une moto est entrée en collision avec un camion au niveau du douar Beni Affif (commune de Beni Chebana) où le conducteur du deux-roues, un homme de 54 ans, présentait de graves blessures à la tête. Malgré les mesures coercitives prises par les pouvoirs publics, le terrorisme de la route continue à endeuiller les familles algériennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com