Sid Ahmed Benkimouche : Un témoin du siècle s’en va

  • 2 jours il y a
  • 16 Vues
  • 0 0
Sid Ahmed Benkimouche : Un témoin du siècle s’en va

Sid Ahmed Benkimouche s’est éteint dans sa quatre-vingt dixième année et ses amis et ses proches qui le savaient de longue date fatigué et avaient enregistré avec tristesse son absence – notamment au rendez-vous de l’après-midi au café Hawzi, dernier refuge d’une nostalgie citadine – pleurent aujourd’hui l’une des ultimes mémoires de la médina.

Mélomane affûté, Sid Ahmed avait été l’un des premiers techniciens et réparateurs de matériel audiovisuel de la ville – il témoignera entre autres sur l’avènement du magnétophone dans la société musicale constantinoise –il aura eu notamment le privilège d’enregistrer, en compagnie de David Cohen, les mariages et les concerts publics de Raymond Leyris.

Figure familière de musiciens de Constantine pour lesquels il aura constamment été une source d’informations et d’acquisition– ses archives musicales font partie de la légende constantinoise, Sid Ahmed aura consacré sa vie aux musiques et aux artistes de Constantine et aura aussi traversé les générations et les mutations de la cité.

Sa mémoire était, à proprement parler, phénoménale, même s’il rappelait très rarement sa participation directe, au lendemain de l’indépendance, au lancement du studio et de ce qui allait devenir la station régionale de Constantine de la Télévision nationale. L’atelier de Sid Ahmed, situé à Bellevue, non loin du cinéma l’ABC, avait longtemps été l’un des lieux de vie des musiques de Constantine, où l’on écoutait, échangeait, renouait souvent les fils d’une véritable saga musicale citadine.

Personnage chaleureux, attachant, mais aussi exigeant, Sid Ahmed aura aussi porté le témoignage de l’avènement du chaâbi à Constantine, et on le voit notamment sur l’une des photos du mariage de Hocine Boulila, en 1952, à proximité de Hadj El Anka. Il était l’une des dernières figures de la génération des années vingt, qui avait donné à Constantine, entre autres, Malek Haddad et Kateb Yacine, Abdelmoumen Bentobbal et Hadj Mohamed Tahar Fergani. C’est un témoin du siècle qui s’en va. Une page se tourne définitivement à Constantine. Qu’il repose en paix.

El-Watan.com