Nouvel hôpital de Skikda : Les pharmaciens et les employés manifestent

  • 5 jours il y a
  • 12 Vues
  • 0 0
Nouvel hôpital de Skikda : Les pharmaciens et les employés manifestent

Des dizaines d’employés du nouvel hôpital de Skikda, ainsi qu’un grand nombre de pharmaciens, ont joint, hier, leurs efforts pour tenir des rassemblements et demander le départ du directeur de wilaya de la santé (DSP) et du directeur général du nouvel hôpital.

Rassemblés dans un premier temps à l’entrée de l’hôpital, les manifestants ont marché par la suite pour tenir un sit-in devant la direction de la santé en scandant des slogans hostiles aux deux responsables cités.

Pour les employés du nouvel hôpital, formés d’administrateurs et du personnel paramédical, c’était là leur quatrième jour, consécutif de manifestation. «Nous n’allons pas nous arrêter et nous continuerons à dénoncer les agissements du DG.

Ses intimidations ne nous décourageront pas, bien au contraire», témoigne un manifestant. «Nous dénonçons ses menaces qu’il ne cesse de formuler à l’encontre de toutes celles et ceux qui poursuivent ce mouvement depuis quatre jours», ajoutent d’autres manifestants, en rapportant que le DG «tente de nous intimider en demandant aux agents de lui établir une liste nominative quotidienne de tous ceux qui oseraient manifester».

Les pharmaciens, affiliés à l’association Union des pharmaciens de Skikda (UPS), pour leur part, et tout en exprimant leur soutien aux travailleurs du nouvel hôpital ont, eux aussi, retenu plusieurs griefs à l’encontre du DSP, qu’ils accusent de faire dans «l’abus de pouvoir». «Nous demandons le départ du DSP qui, à notre sens, fait partie de El-Issaba (bande) du secteur de la santé au niveau local», dira le président de l’UPS, et d’ajouter : «Nous dénonçons le harcèlement que subissent les pharmaciens d’officine, notamment au sujet des gardes.»

Selon ses dires, les listes des gardes établies par le DSP ne répondent pas aux réalités du terrain «Comment expliquer qu’on oblige des officines implantées dans des sites éloignés à ouvrir toute la nuit sans penser aux risques qu’elles encourent», ajoute notre interlocuteur.

Ce dernier révélera que le DSP a établi plus de 80 mises en demeure contre les pharmaciens «alors que ses services ne respectent même pas la liste de garde, et plus grave encore, certains pharmacies n’ont jamais été portées sur cette liste. Nous dénonçons ces agissements et nous demandons le départ de ce responsable», a-t-il conclu.

A mentionner qu’après la levée du sit-in, on nous a fait savoir que le DSP aimerait nous rencontrer pour recueillir sa version des faits, chose que nous avons acceptée, mais après avoir passé un long moment dans la salle d’attente, on a préféré quitter les lieux.

El-Watan.com