Souk Ahras : Dérives, invectives et plagiat via facebook

  • 2 mois il y a
  • 22 Vues
  • 0 0

Plusieurs internautes n’ont pas encore réussi à distinguer entre liberté d’expression, de pensée et de communication et certains actes répréhensibles contenus dans leurs commentaires, avis et réflexions.

Certains parmi eux usent depuis peu d’invectives et d’attaques frontales à l’adresse des autres sans trop mesurer l’impact ni les peines prévues pour de telles dérives. Un enseignant universitaire et un confrère d’un journal francophone se disent quotidiennement victimes de plagiat de la part de l’administrateur de deux pages Facebook locales.

«Il est inquiétant de s’apercevoir que les articles publiés dans le quotidien avec lequel je collabore sont intégralement reproduits sur d’autres comptes facebook avec la signature d’une autre personne apposée sur l’article», a dénoncé le second en guise d’appui à l’universitaire qui a fait l’objet du même procédé.

Un compte messenger piraté depuis quelques mois est réutilisé par un inconnu qui en a fait une tribune pour s’attaquer de la manière la plus farouche à certains internautes.

«J’ai déposé plainte au niveau de la brigade de cybercriminalité, il y a plusieurs mois et j’attends toujours l’identification du criminel qui a porté atteinte à ma moralité et à celle des membres de ma famille», a déclaré à El Watan une victime.

Ces mêmes pages, qui font circuler l’intox et la haine entre groupes sociaux, réduisent à néant les objectifs de la communication via facebook que l’on croyait un moyen d’élévation pour cette même société.

Samir Laïfa, enseignant universitaire en communication, y voit un champ où toutes les dérives sont possibles tant que l’anonymat est maintenu autour des auteurs d’actes attentatoires. «Celui qui s’assure d’une éventuelle absence d’identification use de ce moyen virtuel pour véhiculer un message ou assouvir un besoin quelconque, et ce sont généralement les personnes inconscientes et sans formation qui vont vers la démesure, du moment que c’est le seul moyen qui leur permettrait de s’assurer d’une interaction et d’un contact avec l’autre.

C’est à ce stade aussi qu’interviennent la manipulation et les objectifs inavoués», a-t-il expliqué. La wilaya de Souk Ahras, qui a été ébranlée des années durant par le plus dangereux réseau de cybercriminalité, en l’occurrence les pages-jumelles wiki-ahras /wiki-dzair risque d’aller vers la banalisation du phénomène, d’autant plus que le suspense est encore maintenu autour de ces dernières.

El-Watan.com