Tayeb Louh a confirmé, hier à partir d’Annaba, la tenue de l’élection présidentielle le 18 avril : Une dizaine d’avocats protestataires interpellés

  • 3 semaines il y a
  • 34 Vues
  • 0 0

La visite du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, hier dans la wilaya d’Annaba, a été marquée par un sit-in des robes noires du barreau de la wilaya devant le siège du nouveau tribunal. Lors de cette manifestation, une dizaine d’avocats ont été interpellés et leurs pancartes hostiles au 5e mandat et téléphones portables confisqués.

En effet, la violence entre les avocats manifestants et un très important dispositif sécuritaire était latent. Les avocats protestataires ont été pris en étau et poussés vers le nouvel édifice judiciaire avant d’être chassés et confinés derrière le rond-point au boulevard 28 Janvier 1957. Utilisant leurs nombreux fourgons, les services de sécurité ont pratiquement dressé un mur pour que les avocats soient totalement hors de vue afin de ne pas perturber l’arrivée de Tayeb Louh pour l’inauguration du bâtiment officiel.

Et si devant le nombre impressionnant de policiers les dizaines d’avocats protestataires n’ont pas résisté physiquement, il n’en était pas de même pour les cris forts scandés d’une seule voix, «Non au 5e mandat !», au grand dam des organisateurs. Même le brouhaha produit par un groupe folklorique invité pour l’accueil du ministre n’a pas pu noyer les cris des réfractaires au 5e mandat. Auparavant, Tayeb Louh a assisté à l’ouverture des travaux de la 14e édition de l’Université des notaires africains.

Vraisemblablement en campagne électorale pour le 5e mandat de Bouteflika, le ministre de la Justice a réagi aux dernières marches populaires, en adressant un message à la jeunesse algérienne, l’appelant à «sauver le pays de la perdition comme l’ont fait leurs aînés de la Révolution nationale et être consciente face aux tentatives d’atteinte à son intégrité en faisant la part entre le bien du mal». Et de confirmer : «L’élection présidentielle aura lieu à la date fixée du 18 avril prochain.

Elle est obligatoire et doit être organisée en toute transparence.» Avant de conclure, l’orateur a, à l’image des autres ministres du gouvernement Ouyahia, présenté le bilan du président sortant et bien sûr réitéré la rengaine de la décennie noire, comme pour dire aux Algériens : «Dites oui à un 5e mandat pour Bouteflika, sinon c’est le chaos».

Aussi contradictoire que cela puisse paraître, Tayeb Louh a posé la première pierre du projet de la Maison des avocats, alors que quelques mètres plus loin, nombreux parmi les robes noires étaient interpellés et malmenés par les services de sécurité avant d’être libérés.

El-Watan.com