Témouchent : Enigmatique disparition du maire de Bouzedjar

  • 2 mois il y a
  • 15 Vues
  • 0 0

D’où l’inquiétude et les supputations les plus fantaisistes au bout d’un mois et dix jours d’absence, lorsque la wilaya a procédé à son remplacement par un nouveau maire, selon la loi. A signaler que Baït Benmahria est parti à l’étranger après avoir obtenu l’autorisation des autorités, pour rendre visite à son fils en France.

Des recherches avaient été opérées en vain par les services de sécurité. On avait même dit qu’il avait émigré au Canada. Depuis Laghouat, dont il est natif, son père qui y réside toujours a fait, cette semaine, un appel aux autorités pour s’enquérir de son sort. Un parlementaire de son parti a indiqué que le Sénat a saisi l’ambassade du Maroc sur son sort. Il s’est même déplacé à Bouzejar. Nous avons tenté d’entrer en contact avec lui, mais en vain. Sollicitée, Mme Benmahria, de derrière la porte, a répondu qu’elle n’avait rien à nous déclarer. Cela laisse supposer que les autorités sont intervenues pour fournir quelques assurances et l’inviter à ne se livrer à aucune déclaration publique. Pour ce que nous avons pu glaner, M. Benmahria est un ancien gendarme, gravement blessé lors des années du terrorisme. Il a été affecté en 2000 à Bouzejar, alors qu’il traînait encore les séquelles des balles qu’il avait reçues. Nommé adjoint du chef de brigade, il a été vite adopté par la population pour son sens du contact, sa disponibilité à rendre service et par une indulgence qui ne frisait pas le laxisme. Enfant du Sud, connaissant les usages dans les petites localités, il en tenait compte dans ses rapports avec les gens. Après sa mise à la retraite, il est né en 1967, il décide de se fixer à Bouzejar, d’autant que ses enfants y ont grandi. Un élu nous apprend qu’il aurait émis le vœu d’être enterré à Bouzejar à sa mort.

C’est ainsi qu’il est élu en tant que conseiller municipal en 2007.
Cinq plus tard, il est élu maire puis reconduit à cette fonction il y a une année. Homme posé et courtois, nous avons eu à l’approcher à plusieurs reprises. Rencontré, un autre élu s’inquiète de ce qui aurait pu arriver aux siens s’il ne leur avait pas laissé sa carte magnétique pour retirer sa pension : «Et puis, il y a la question du logement de fonction de maire qu’il occupe. Vivement qu’on le retrouve et qu’il revienne sain et sauf à sa famille».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com