Traitement du dossier des chalets d’El Gammas : Les réticences de la population entravent l’opération

  • 2 mois il y a
  • 15 Vues
  • 0 0
Traitement du dossier des chalets d’El Gammas  : Les réticences de la population entravent l’opération

Le dossier des chalets d’El Gammas devient au fil des années un lourd fardeau pour les autorités locales, qui expriment leur difficulté à régler la situation, au sein de cette grande cité.

Dans un rapport détaillé présenté récemment lors d’une rencontre avec la presse, le chef de daïra de Constantine, Azzedine Antri, est revenu sur les aides proposées par les autorités locales et «leurs efforts» déployés durant ces dernières années, au profit des habitants des chalets, précisant au passage que si la situation de ces habitations n’a pas connu d’avancement, c’est bien à cause des comportements de certains riverains. Une manière d’incomber la responsabilité du blocage à ses habitants. En données chiffrées, le chef de daïra a révélé que la ville de Constantine compte 3 450 chalets, construits au niveau de 11 quartiers, notamment Boudraâ Salah, Boukhalkhal, Bougueffous, Émir Abdelkader (ex-Faubourg Lamy), Boumerzoug, les Frères Ferrad et El Gammas.

Les services de la wilaya ont pu, selon lui, régulariser leur situation à 85%. Un chiffre qu’il a jugé très important, qualifié même de «grand exploit» réalisé par les autorités locales. Pour ce qui est d’El Gammas, le conférencier a avoué que de nombreuses contraintes ont été rencontrées entravant l’avancement du traitement des dossiers des chalets, mais aussi l’avancement de l’aménagement intérieur du quartier. «El Gammas compte le plus grand nombre de chalets dans la ville de Constantine, soit 2203 unités, dont 1042 dont les propriétaires ont bénéficié de l’aide de l’État.

Nous avons accordé beaucoup d’importance à ce dossier pour améliorer la situation», a-t-il déclaré, rappelant au passage les aides financières de l’État estimées à 120 millions de centimes, en ajoutant que l’administration a pu régler la situation des habitants à 60 %. M. Antri a incombé ce retard aux citoyens, en affirmant que sur 1755 actes et décisions, seulement 574 ont obtenu des permis de construire. Pour le reste, selon ses dires, ils n’ont pas déposé leurs dossiers pour achever les procédures administratives et régulariser leurs situations, à cause de plusieurs inconvénients, notamment les conflits d’héritage. «Nous avons mené même une campagne de porte-à-porte, qui a donné peu de résultats», a-t-il révélé. D’autre part, le conférencier a souligné que les autorités ont facilité la tâche pour les habitants afin d’améliorer leur cadre de vie.

Parmi les facilitations qu’il a citées, notons une aide secondaire de 70 millions de centimes au profit des familles nombreuses, une réduction des taxes du permis de construire à 4000 DA et une autorisation d’extension des chalets jusqu’à 1000 m². «Mais les habitants n’ont pas répondu favorablement à ces aides», selon lui toujours.
Pour ce qui est de l’aménagement urbain, Azzedine Antri a affirmé que les services concernés ont voulu réaliser des accès à l’intérieur du quartier, mais ils ont été confrontés aux riverains. Ces derniers refusent de céder de leurs terrains pour l’élargisement des allées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

El-Watan.com